Défense russe : où était le Royaume-Uni quand Daesh arrivait aux portes de la Méditerranée ?

Source: Reuters

Le ministère de la Défense russe a riposté aux accusations du chef de la Défense britannique Michael Fallon après que celui-ci a fait de Moscou le coupable de «l’extension» artificielle de la guerre civile en Syrie.

«Monsieur Fallon, pouvez-vous nous dire combien de cités [en Syrie] sont revenues à la vie normale grâce au Royaume-Uni ? Combien de tonnes d’aide humanitaire a apporté le Royaume-Uni aux Syriens ? Combien de territoires le Royaume-Uni a-t-il libéré des terroristes en Syrie ?», s'est interrogé le porte-parole du ministère de la Défense russe Igor Konachenkov.

Cette charge en bonne et due forme a eu lieu après que le 9 octobre, le ministre de la Défense britannique Michael Fallon a accusé la Russie d’avoir empêché la résolution de la crise syrienne et demandé que Moscou soit traduite en justice.

Ensuite, le responsable militaire russe s'est félicité que grâce au soutien aérien russe, les troupes gouvernementales aient libéré plus d’un millier de cités en Syrie, où leurs citoyens reviennent peu à peu à la vie ordinaire sans la menace permanente d’être pris en otage par les terroristes de Daesh et autres groupes islamistes. L’opération militaire russe en Syrie a commencé il y a une année, le 30 septembre 2015, à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Pourtant, le Royaume-Uni, comme le précise Igor Konachenkov, n’avait «rien fait pour empêcher l’expansion du terrorisme avant l’arrivée des avions russes».

«Où était le Royaume-Uni quand les terroristes de Daesh sont arrivés aux portes des côtes méditerranéennes et ont presque transformé la Syrie en califat terroriste comme c’était le cas en Libye grâce à votre engagement ? C’était vous qui étiez les maîtres du ciel syrien avant l’arrivée des avions russes», a précisé le porte-parole de la Défense russe.

Lire aussi : Un an d'opération antiterroriste russe en Syrie : cinq étapes marquantes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales