Suisse : polémique après qu'un artiste nu a «joué avec son pénis» sur scène

© Capture d'écran Youtube

En Suisse, un show artistique a provoqué un véritable malaise chez les spectateurs, après qu'un homme entièrement nu s'est mis à «jouer avec son pénis». Ce n'est pas la première fois qu'une œuvre artistique suscite la polémique.

Le dimanche 25 septembre, une habitante de la ville de Fribourg (ouest de la Suisse) a emmené sa fille de 15 ans Centre d'art contemporain d'Yverdon-les-Bains. C'est alors qu'elles ont eu l'occasion d'assister à la «performance» de l'artiste Gregory Stauffer.

Son spectacle s'intitulant Walking (Marcher), l'artiste a changé plusieurs fois de costumes tout en déambulant sur la scène où il se produisait. Mais soudain, changement d'ambiance : l'homme, qui était alors en slip, s'est mis à sauter sur une jambe en regardant son entrejambe avec insistance avant de se mettre à toucher ses parties génitales et à «jouer avec». 

D'après une spectatrice qui s'est exprimée pour 20 minuten, «une mère a quitté la pièce avec ses petits enfants. Quand l'artiste a fini par toucher son pénis, j'ai moi aussi été envahie par un sentiment de honte. C'était un peu «too much», surtout en plein après-midi.»

Si ce genre de prestation peut en faire sourire certains, il va sans dire que d'autres puissent rester véritablement perplexes devant des «œuvres d'Art» qui semblent dépasser les limites artistiques pour se rapprocher au contraire d'une forme de provocation visuelle. D'ailleurs, certaines expériences n'ont pas manqué de laisser leur empreinte dans le paysage culturel mondial par leur excentricité pour le moins exacerbée : 

L'«arbre» de la place Vendôme à Paris 

En 2014 à Paris, l’œuvre de l'artiste plasticien américain Paul McCarthy intitulée Tree (arbre), installée en plein milieu de la Place Vendôme à Paris avait laissé de marbre de nombreux Parisiens et touristes.

Et pour cause : cet immense «arbre», qui ressemblait en fait à s'y tromper à un gigantesque «plug anal» gonflable avait été vandalisé quelques jours après son installation et n'a finalement pas été réinstallé. L'artiste eut beau se défendre en répliquant que son œuvre représentait un «sapin de Noël», tous les spectateurs ont été bien loin d'être dupes et l'œuvre a finalement été démontée.

Par ailleurs, Paul McCarthy, âgé de 69 ans avait été agressé par un passant qui l'a frappé trois fois au visage. L'artiste n'a pas été blessé, mais était sous le choc.

«Le vagin de la Reine»

Signée de l'artiste indo-britannique Anish Kapoor et surnommée Le Vagin de la reine, l'œuvre Dirty Corner, constituée d'une trompe d'acier de 60 mètres de long à l'évidente connotation sexuelle, était entourée de plusieurs blocs de pierre faisant partie de l'œuvre. 

Lire aussi : «Le vagin de la reine» vandalisé à Versailles

Elle a été vandalisée à trois reprises entre les mois de juin et septembre 2015. Elle avait notamment été dégradée le 6 septembre 2015 par de grandes inscriptions à caractère antisémite tracées à la peinture blanche. 

Anish Kapoor avait demandé, dans un premier temps, que ces insultes ne soient pas retirées, estimant que, désormais, «ces mots infamants faisaient partie» de l'œuvre. Mais sur décision de justice, les tags ont finalement été masqués par du tissu noir. L'artiste a ensuite demandé à l'une de ses équipes de les dissimuler avec des feuilles d'or.

Le «Piss Christ»

En avril 2011, le Piss Christ, photographie controversée de l’artiste new-yorkais Andres Serrano, faisait la une après avoir reçu plusieurs coups de marteau et de pioche à Avignon où elle était exposée. L’œuvre, qui date de 1987, montre un crucifix plongé dans l’urine de l'artiste.

Quelques jours avant l'attaque d'Avignon, un millier de personnes s'étaient rassemblées dans les rues de la ville afin d’exiger son retrait de l’exposition et dénoncer son caractère «blasphématoire».

«L.O.V.E» ou l'immense doigt d'honneur devant la bourse de Milan

Ce gigantesque doigt d'honneur (de 6 tonnes et 11 mètres de haut tout de même) a été installé face à la Bourse de Milan, sur la Piazza Affari en 2010 à l’occasion de l’exposition personnelle de l'artiste Maurizio Cattelan au Palazzo Real.

Par sa taille et le geste représenté, elle a bien évidemment suscité la polémique durant des mois, bien que son installation se soit passée sans encombres ni dégradations.

Him ou Le petit Hitler qui prie ... dans le ghetto de Varsovie

Intitulée Him, cette sculpture en ronde-bosse du même Maurizio Cattelan a été créée en 2001. Faite de cire et de résine de polyester, elle montre Adolf Hitler en costume gris, priant agenouillé. Elle a été exposée en 2012 dans le ghetto de Varsovie quatre-vingts ans après l'arrivée du dictateur nazi au pouvoir en Allemagne, déclenchant la colère de nombreux Polonais.

Le 8 mai 2016, Him a été vendue pour plus de 17 millions de dollars (15 millions d'euros), aux enchères chez Christie's.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales