«Un véritable cauchemar» : des proches des victimes du MH17 se confient à la sortie du rapport

© Capture d'écran de la video de RT

Le comité d’enquête néerlandais des Pays-Bas publie le 28 septembre un rapport sur le crash du MH17 en Ukraine, à l'origine de la mort de 298 personnes, la plupart néerlandaises. La correspondante de RT Paula Slier a parlé aux proches des victimes.

«Un enfer, c’est un vrai enfer. Il est très difficile de perdre un enfant. Nous en avons perdu deux», confie à RT Silene Fredriks-Hoogzand, mère de Bryce, 25 ans, qui a péri dans la catastrophe du MH 17 il y a deux ans avec son amie Daisy.

Elle se souvient du jour où elle a appris cette tragique nouvelle : «Je faisait un barbecue avec mes collègues. Ma fille m’appelait, mais n’a pas pu me joindre, parce que mon portable était en mode silencieux. Un collègue m’a appelé. Et, déjà, je sentais que quelque chose tournait mal. Puis mon mari m’a appelé en criant : "Tu dois revenir à la maison !"»

Silene se rappelle avec tendresse du couple et raconte leurs projets qui ne se sont jamais réalisés : «Ils s’aimaient et avaient des projets sérieux. Ils voulaient se marier. Ils avaient beaucoup de projets. La mère de Daisy était morte seulement deux mois et demi avant et elle avait encore beaucoup de peine, c’est pourquoi ils partaient à Bali pour se reposer.»

© Capture d'écran de la vidéo de RT

La femme revoit toujours le même cauchemar. «Ils nous ont dit que la partie de l’avion où ils s’étaient assis avait volée six kilomètres avant de s’écraser, alors je ne suis pas sûre, comprenaient-ils ce qui se produisait? C’est un cauchemar. C’est un film dans ma tête…Je ne peux pas m’en débarrasser», décrit-elle.

La famille a récupéré un sac à main, deux chemises, des cartes d’embarquement et quelques parties de corps humains. Le reste a brûlé. Silene veut se rendre en Ukraine parce que «leurs os sont toujours là».

Cette femme désespérée veut obtenir une réponse. Qui a abattu l’avion et pourquoi. «Pourquoi ? Etait-ce fait exprès ou était-ce un accident ? Qui et pourquoi ? J’ai besoin de le savoir. Je dois le savoir», répète elle à voix basse.

Lire aussi : Moscou : le radar russe n'a pas détecté d'objet suspect près du site du crash du vol MH17 en 2014

Le MH17 est «une sorte de 9/11» pour les Néerlandais

La ville de Hilversum, dans le Nord des Pays-Bas, a été la plus touchée par le drame. 15 victimes, dont trois familles, en sont originaires. Chaque citadin se souvient de ce jour terrible.

Un résident local a comparé la tragédie du MH17 avec les attentats du 11 septembre à New York, même si l'ampleur de la catastrophe n'est pas équivalente. «Personne n’a pas pu croire à ce qui est arrivé. Des corps arrivaient d’Ukraine. Ils se sont succédés cinq, six, sept jours de suite. Et tu parles à des gens qui ont perdu leurs proches, c’est déchirant. Ils veulent savoir et comprendre pourquoi cela est arrivé, et tu ne peux pas l’expliquer, tu ne peux faire rien», confie-t-il à RT.

Près d’une église locale, des tournesols, dont les graines ont été récupérées dans le champ où l’avion s’était écrasé en Ukraine, poussent. Il y a aussi un monument en bronze représentant des tournesols, dédié aux victimes du crash.

© Capture d'écran de la vidéo de RT

«Je passe en vélo chaque jour par ici. J’ai connu une personne qui a perdu sa vie dans l’accident, et je pense à elle. Pour moi, c’est aussi un peu personnel», explique à RT un autre résident.

Le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine le 17 juillet 2014. Les 298 passagers à bord ont disparu dans la catastrophe. La majorité d'entre eux étaient des citoyens des Pays-Bas.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales