Gabon : Ali Bongo prête serment pour un deuxième septennat

© Thomas Mukoya Source: Reuters

Le président gabonais Ali Bongo Ondimaba a prêté serment, mardi 27 septembre, pour un deuxième septennat, quatre jours après la validation de sa réélection par la Cour constitutionnelle, qui a rejeté la requête de son rival Jean Ping.

«Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du peuple gabonais, en vue d'assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et l'Etat de droit», a récité le chef de l'Etat, 57 ans, main gauche sur la Constitution et main droite levée vers le drapeau vert-jaune-bleu du Gabon.

L’investiture s'est déroulée au Palais présidentiel. Vendredi 23 septembre, la Cour Constitutionnelle du pays a validé l’élection d’Ali Bongo en rejetant la requête de son rival Jean Ping, qui dénonçait un déni de droit et continue toujours de se proclamer président véritablement élu. La cour a pourtant entériné l’avance d’Ali Bongo, affirmant qu’il avait été élu avec 172 990 voix (50,66%) devant Jean Ping (161 287 voix, 47,24%).

De son côté, lundi 26 septembre dans l'après-midi, Jean Ping devait recevoir à son domicile le corps diplomatique présent au Gabon. Le 24 septembre, l'opposant a lancé un appel à la communauté internationale après avoir épuisé tous les recours légaux au Gabon.

La communauté internationale a quant à elle accueilli la réélection d’Ali Bongo de manière plutôt crispée. Les observateurs de l’Union européenne ont notamment assuré que la Cour constitutionnelle gabonaise n’avait pas rectifié les anomalies constatées par leur soin lors du scrutin à tour unique du 27 août.

La première proclamation de la victoire d’Ali Bongo, le 31 août, avait entraîné de nombreuses manifestations, souvent marquées par des émeutes, des interpellations par centaines et plusieurs morts.

Lire aussi : Le président du Gabon, Ali Bongo, l’assure : «Je n'ai pas exercé ni déclenché la violence»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales