Poutine : là où Daesh prospère, le terrorisme n’existait pas jusqu’à une intervention extérieure

Vladimir Poutine à la réunion avec les secrétaires du Conseil de sécurité des BRICS, 26 mai Source: RIA NOVOSTI
Vladimir Poutine à la réunion avec les secrétaires du Conseil de sécurité des BRICS, 26 mai

«Dans les pays où l’Etat islamique prospère en ce moment, le terrorisme n’existait pas jusqu’à ce qu’une interférence extérieure a eu lieu», a déclaré Vladimir Poutine au cours d’une réunion avec les secrétaires du Conseil de sécurité des BRICS.

Le président russe a aussi souligné que cette «interférence» qui a eu de «graves conséquences» n’a pas été autorisée par le Conseil de sécurité de l’ONU. «L’ajustement de tout ce qui se déroulait sur l’arène internationale est totalement nécessaire», a-t-il dit au cours de la réunion.

Lundi, le ministère russe des Affaires étrangères appelait la communauté internationale à dénoncer sa politique de deux poids deux mesures dans sa lutte contre les terroristes et à s’unir contre l’agression de l’EI, et condamnait les «atrocités» commises par l’Etat islamique à Palmyre, où des centaines de citoyens ont été abattus.

D’après Moscou, les frappes aériennes des Etats-Unis visant les positions de l’Etat islamique en Irak et en Syrie n’ont pas été suffisantes pour enrayer l’avancée des djihadistes dans les deux pays du Moyen-Orient.

«Malgré les efforts consentis par la dénommée coalition antiterroriste menée par les Etats-Unis, l’Etat islamique agit de façon encore plus active et rien ne semble l’arrêter dans la poursuite de ses objectifs- établir un califat à cheval sur deux pays, de Damas à Bagdad», a indiqué le ministère.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales