L'aviation britannique confirme avoir pris part aux bombardements sur les troupes syriennes

Illustration ©Reuters
Illustration ©Reuters

Le QG de l'aviation britannique a confirmé sa participation aux frappes contre l'armée régulière syrienne, tuant plus de 60 soldats dans l'est du pays. Le Danemark et l'Australie ont par ailleurs déjà reconnu leur implication dans ce raid meurtrier.

La Royal Air Force (RAF) a reconnu avoir pris part au raid qui a tué plus de 60 soldats de l'armée régulière syrienne ce 17 septembre, près de la ville de Deir ez-Zor, à l'Est de la Syrie.

L'aviation britannique a par ailleurs annoncé son intention de coopérer à l'enquête sur les circonstances qui ont amené la coalition à bombarder «par erreur» les positions de l'Armée arabe syrienne.

Le Danemark a pour sa part confirmé que deux de ses F-16 avaient pris part dans le raid aérien. L'armée danoise a en outre indiqué ce lundi qu'elle coopérerait pleinement à l'enquête de la coalition menée par les Etats-Unis sur les frappes meurtrières de ce samedi 17 septembre.

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a déclaré regretter «les vies perdues et les blessures infligées aux soldats syriens». Dès que l'erreur a été connue, l'opération de bombardement aérien a été interrompue, a-t-il indiqué.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe avait quant à lui dénoncé les frappes aériennes, qui, selon elle, servent les intérêtes terroristes de Daesh. Et, selon le porte-parole de la Défense russe, les troupes de Daesh ont lancé une contre-offensive contre les positions syriennes immédiatement après ces frappes.

L'«erreur» de la coalition menée par les Etats-Unis menace la trêve fragile en Syrie et risque de rallumer le principal front du conflit à Alep, ou l'Etat islamique se retrouve en difficulté.

Lire aussi : «L'opposition syrienne soutenu par les Etats-Unis profite du cessez-le-feu pour reprendre Alep»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales