Hillary Clinton insulte les électeurs de Donald Trump, puis s'excuse

Source: Reuters

Hillary Clinton a qualifié la moitié des électeurs de Donald Trump de «pitoyables», suscitant la polémique aux Etats-Unis et provoquant la colère du milliardaire qui a dénoncé le mépris de l'ancienne Première dame pour des «millions» d'Américains.

«Pour généraliser, en gros, vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j'appelle le panier des gens pitoyables», a lâché Hillary Clinton, le 9 septembre, lors d'un discours pour une levée de fonds organisée par l'organisation LGBT pour Hillary à New York. Une insulte adressée directement à certains partisans de son rival républicain. «Des racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. Vous n’avez qu’à choisir», a rajouté l'ancienne secrétaire d'Etat américaine. 

Ces propos ont immédiatement fait réagir Donald Trump, qui a répondu à son adversaire sur Twitter : «Wow, Hillary Clinton a été tellement insultante envers mes supporters, des millions de personnes incroyables, qui travaillent dur. Je pense que cela va lui coûter cher dans les sondages».

Dès le lendemain, le 10 septembre, la candidate démocrate a publié un communiqué dans lequel elle reconnaît en partie son erreur : «Hier soir, j'ai fait une généralisation grossière. Ce n'est jamais une bonne idée et je le regrette en partie», a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle continuerait à dénoncer «la rhétorique sectaire et raciste» du milliardaire.

Un rétropédalage qui a aussi suscité la controverse sur le compte Twitter de l'agence de Presse Associated Press. Cette dernière avait tweeté dans un premier temps une déclaration incomplète d'Hillary Clinton, ne précisant pas qu'elle ne regrettait ses propos uniquement «en partie». Devant la critique, l'agence de presse a dû rapidement supprimer son premier tweet, et en diffuser un second.

«Panier de pitoyables»

Sur les réseaux sociaux, les déclarations d'Hillary Clinton ont suscité un véritable tollé et dans la matinée du 10 septembre, le hashtag #BasketOfDeplorables [«panier des pitoyables» en français] était devenu la tendance n°1 sur Twitter. Les soutiens de Trump se sont ainsi réapproprié l'injure, se disant «fiers d'être pitoyables». 

Un supporter du candidat républicain a par exemple publié une photo de trois personnes sur le réseau social, en écrivant «Ma famille. Lequel est pitoyable, Hillary? L'ancien combattant, la femme ou l'homosexuel ? Tu nous insultes».

«Il a perdu son bras en se battant pour son pays, mais pour Hillary, ce n'est qu'un membre du panier de pitoyables», tweete un autre partisan du candidat républicain.

Sur internet, la plupart des soutiens de Donald Trump ont donc préféré s'approprier le terme injurieux de «pitoyables» pour mieux le dénoncer. Certains sont allés jusqu'à s'identifier aux Misérables de la célèbre comédie musicale britannique, inspirée du roman éponyme de Victor Hugo, qui a fait un carton aux Etats-Unis. D'autres internautes ont détourné le célèbre «Je suis Charlie» par «Je suis déplorable». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales