Le gouvernement syrien aurait procédé à des raids aériens à Palmyre

Les ruines antiques à Palmyre (Syrie) Source: Reuters
Les ruines antiques à Palmyre (Syrie)

Selon un groupe d’observation syrien, les forces gouvernementales ont effectué au moins 15 raids aériens depuis lundi matin sur les positions des djihadistes à Palmyre, site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

«Depuis ce matin, les avions gouvernementaux ont effectué au moins 15 raids à Palmyre et dans les environs», a déclaré le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme Rami Abdel Rahman, cité par l’AFP.

Les raids ont visé plusieurs quartiers de la ville, dont certains se situent à quelques kilomètres des célèbres ruines antiques gréco-romaines classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, a-t-il continué, sans avoir cependant pu préciser si le site historique a subi des dégâts.

Comme le membre du comité local de coordination Mohammed Alkhatab l’a annoncé à Middle East Eye, au moins 15 personnes ont péri dans les raids, 30 autres ont reçu des blessures.

Suite à la prise de Palmyre par les combattants de Daesh jeudi dernier, les terroristes ont procédé à des exécutions de «loyalistes», tuant plus de 400 personnes selon Reuters. Face à l’avancée des djihadistes, un tiers de la population de Palmyre a fui la ville, a fait savoir le Bureau des droits de l'homme de l’ONU.

Palmyre, ville antique vielle de plus de 3 000 ans, a été classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO comme site à «valeur universelle exceptionnelle». Même si le gouvernement syrien a déclaré qu’il avait réussi à transférer presque toute la collection du musée de Palmyre à Damas, les œuvres les plus encombrantes (p.ex. les sarcophages) n’ont pu être transportées et sont menacées de destruction, de même que les ruines des temples antiques.

En savoir plus : Palmyre, la perle du monde antique qui risque de disparaître

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales