RDC : trois morts dans une violente émeute après l'assassinat d'un commerçant

De nombreuses destructions ont été causées lors de cette manifestation très violente© Capture d'écran Twitter
De nombreuses destructions ont été causées lors de cette manifestation très violente

Trois personnes au moins ont été tuées vendredi à Kasumbalesa, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, lors de heurts entre les forces de l'ordre et des habitants en colère après le meurtre d'un commerçant.

«Nous avons récupéré trois corps de personnes tuées par des balles perdues», a déclaré sous le couvert de l'anonymat un officier de police. Ses hommes n'étaient «malheureusement pas équipés de gaz lacrymogènes» pour contenir une foule «très menaçante».

Plusieurs policiers ont été blessés par des jets de pierre, a ajouté l'officier joint par téléphone de Lubumbashi, la grande ville de la région du Katanga, à 90 kilomètres au nord de Kasumbalesa.

«Les gens se sont révoltés contre l'insécurité après l'assassinat d'un homme», a déclaré Justin Kyela, ministre près le gouverneur de la province du Haut-Katanga.

Selon plusieurs habitants, la victime était un commerçant qui s'est fait agresser à son domicile.

Les riverains en colère ont brûlé des pneus, incendié un poste de police ainsi que des installations de la Société nationale d'électricité pour exprimer leur exaspération contre l'insécurité, selon plusieurs témoignages.

Le poste-frontière congolais a été fermé, selon un responsable douanier. Kasumbalesa est la porte de sortie du cuivre produit au Katanga, la grande région minière du Congo, pays dont l'immense majorité de la population se débat dans la pauvreté.

Les émeutes de Kasumbalesa sont les dernières en date d'une série de violences visant directement des symboles du pouvoir et commises dans la moitié orientale du pays par une population exaspérée par ses conditions de vie. Elles surviennent dans un climat politique tendu à l'approche de la fin du mandat du président Joseph Kabila en décembre.

Au pouvoir depuis 2001, le chef de l’Etat ne semble pas prêt de vouloir abandonner son poste, et la présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année apparaît aujourd'hui impossible à tenir à temps. Un dialogue politique récusé par la majeure partie de l'opposition est en cours à Kinshasa pour tenter de sortir le pays de la crise.

Lire aussi : Armée et ONU accusés de passivité face aux tueries ethniques en RDC

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales