Selon un ancien Premier ministre néerlandais, Netanyahou devrait être traduit devant la CPI

L'ex-Premier ministre des Pays-Bas, Dries van Agt. © Capture d'écran YouTube, JohnDopeTV.
L'ex-Premier ministre des Pays-Bas, Dries van Agt.

En amont de la visite du Premier ministre israélien aux Pays-Bas, les 6 et 7 septembre, l'un des anciens dirigeants de ce pays l'a qualifié de criminel de guerre qui mériterait d'être jugé par le tribunal international de La Haye.

La visite diplomatique de Benyamin Netanyahou aux Pays-Bas, mardi 6 et mercredi 7 septembre, n'est pas du goût de tous les Néerlandais : dans une interview accordée à la chaîne NPO 1, Dries van Agt, qui a été Premier ministre de 1977 à 1982, a eu des mots peu amènes au sujet du chef du gouvernement israélien et de la politique qu'il conduit.

«L'occupation et l'expansion (d'Israël dans les territoires palestiniens), la construction de colonies, [...] cela constitue, selon le Statut de Rome – le statut sur lequel se base la Cour pénale internationale – [...] un crime de guerre», a déclaré sans ambages le Néerlandais âgé de 85 ans.

Par conséquent, l'ex-dirigeant chrétien-démocrate s'est demandé pourquoi son pays devrait accueillir un tel homme d'Etat, avant d'ajouter : «Nous devrions l'envoyer directement auprès de la Cour pénale internationale» de La Haye – aux Pays-Bas, donc –, chargée de juger les criminels de guerre du monde entier.

Un fervent défenseur de la cause palestinienne

Ce n'est pas la première fois, au cours de ces dernières années, que Dries van Agt exprime le peu de sympathie qu'il porte à l'égard de la politique israélienne. En 2012, il avait en outre provoqué une vive polémique aux Pays-Bas en affirmant que les Juifs auraient dû construire un Etat en Allemagne, plutôt qu'au Moyen-Orient.

Lire aussi : Abbas et Netanyahou devraient se rencontrer pour la première fois depuis 2014... à Moscou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales