Suisse : cinq policiers assaillis par une horde de 200 jeunes à Bâle

© FABRICE COFFRINI Source: AFP

L'intervention des forces de l'ordre pour mettre fin à une bagarre entre deux adolescents a tourné au cauchemar, dans la nuit du 3 au 4 septembre, lorsque la foule environnante s'en est pris aux agents. La police suisse déplore d'un climat délétère.

La réputation de tranquillité et de sécurité dont jouit la Suisse serait-elle surfaite ? Dans la nuit du 3 au 4 septembre, la ville de Bâle, dans le nord du pays, a été le théâtre d'une scène de frénésie impressionnante.

Selon les propos du porte-parole de la police de la ville, rapportés par la version suisse du journal 20 Minutes, cinq policiers se sont rendus à la place du Théâtre, après avoir été informés qu'une rixe s'y déroulait. Les fonctionnaires ont alors tenté de séparer les deux protagonistes de la bagarre en question, deux adolescents avinés de 16 et 17 ans.

Mais cette opération a toutefois provoqué l'attroupement de quelques 200 jeunes se trouvant dans les environs, qui s'en sont pris brutalement aux représentants des forces de l'ordre. «Les cinq policiers ont été insultés et menacés avant de se faire jeter des bouteilles. L'attaque a été si violente que les agents ont dû faire usage de leur spray au poivre pour se défendre», rapporte le responsable de la police.

Les cinq agents sont parvenus à s'extirper de la foule, en emmenant avec eux les deux adolescents bagarreurs, ainsi qu'un jeune homme de 21 ans qui avait tenté d'échapper à un contrôle.

Un climat anti-policiers en Suisse dénoncé par les forces de l'ordre

L'événement, inquiétant, ne serait toutefois pas exceptionnel : selon le secrétaire général de la Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP), cité par 20 Minutes, les agents de police ne seraient plus respectés dans le pays. Un problème accentué, selon le responsable syndical, par le laxisme de la justice : «Ça ne sert à rien si les responsables s'en sortent uniquement avec une amende. C'est loin d'être dissuasif.»

Le syndicat policier aurait même lancé une pétition, afin d'exiger une peine minimale de 10 jours de prison pour les personnes qui agressent un agent.

Lire aussi : Un village suisse ne souhaitant pas accueillir de migrants préfère payer 260 000 euros d'amende

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales