EN CONTINU : le Gabon submergé par les manifestations au lendemain de la présidentielle, trois morts

© Capture d'écran du compte de Twitter

Après l’annonce de la réélection du président sortant pour un deuxième septennat, les tensions dans la capitale gabonaise se sont accrues. Des centaines de gens descendent dans les rues pour dénoncer les résultats du scrutin.

  • La province du Haut-Ogooué, le fief des Bongo, où le taux de participation s'est élevé à 99,93% a attiré l’attention de la communauté internationale, et notamment de l’UE. La chef de la mission d'observation européenne, Mariya Gabriel, a déclaré avoir mené une analyse «portant sur le nombre de non-votants et de bulletins blancs et nuls».

    Le président gabonais Ali Bongo a déclaré dans une interview à RTL, que «si on voulait relever les anomalies, il fallait être clair, équilibré, et relever toutes les anomalies, si on en avait constatées».

    «On pourrait dire beaucoup de choses. Je trouve que certains ont outrepassé leur mission», a-t-il nuancé.

  • Son porte-parole a annoncé que de l’Union africaine enverraient «très vite» une délégation de haut niveau pour servir d’intermédiaire au Gabon. 

  • La France demande la remise en liberté des responsables retenus au QG de l'opposition, selon l'AFP citant un officiel.

  • Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a déclaré sur France 2 que la France s’inquiétait de la situation au Gabon. Il a demandé que les résultats électoraux bureau par bureau soient publiés.

    Mettant en garde contre le risque d’escalade de la violence, il a assuré : «La France ne prend pas parti pour tel ou tel candidat. La France respecte l'indépendance du Gabon, mais on sait qu'il y a une contestation. S'il n'y a pas la possibilité d'examiner par les procédures légales les recours, alors il y aura un problème extrêmement grave. Nous souhaitons que la voie constitutionnelle soit respectée.»

  • Deux hommes sont morts dans la nuit du 1er au 2 septembre dans un quartier de Libreville, à la suite d'affrontements avec les forces de sécurité, ont constaté des journalistes de l'AFP.

    Bekam Ella Edzang, étudiant en droit de 27 ans, est décédé des suites d'une blessure par balle à l'abdomen après son hospitalisation, a constaté une journaliste de l'AFP. Le corps d'un homme de 30 ans était par ailleurs emmené en procession par des manifestants dans le quartier de Nzeng Ayng, a constaté un autre journaliste de l'AFPTV.

  • Une vingtaine de leaders de l'opposition et de la société civile gabonaise étaient toujours retenus le 1er septembre au quartier général de Jean Ping, rival du président Ali Bongo déclaré vainqueur de l'élection présidentielle, a indiqué l'un d'eux à l'AFP.

    «Nous sommes 26, toujours au même endroit, en plein air dans l'enceinte du QG. Nous avons dormi à même le sol, avec les moustiques et le crépitement des armes dans la quartier», a expliqué à l'AFP Paul-Marie Gondjout, le représentant de Jean Ping à la commission électorale.

    Les 26 opposants sont sous la surveillance de la gendarmerie gabonaise depuis l'assaut donné dans la nuit de mercredi à jeudi au QG de campagne de Jean Ping à la suite des émeutes qui ont éclaté à la proclamation de la victoire, «volée» selon l'opposition, du président sortant Ali Bongo.

    «Le procureur est venu pour constater s'il y avait eu des morts durant l'assaut, et a dit qu'il n'y avait aucune information judiciaire contre nous», a ajouté Paul-Marie Gondjout.

    «Nos avocats sont passés hier, ils ont rencontré le procureur qui leur a confirmé», a-t-il ajouté.

    Parmi les personnes retenues au QG de l'opposant Jean Ping - qui a de son côté trouvé refuge dans un endroit indéterminé -, se trouvent notamment Zacharie Myboto, ancien ministre d'Omar Bongo, père et prédécesseur d'Ali Bongo à la tête du Gabon, et l'ancien vice-président de la République Didjob Ding Duvungui.

  • Selon un nouveau bilan, un millier de personnes ont été interpellées dans tout le pays depuis l’annonce des scrutins.

  • Le ministre de l’Intérieur gabonais prétend que les manifestants auraient utilisé des fusils d'assaut AK-47.

    © Capture d'écran du compte de Twitter

  • Ali Bongo a déclaré aux opposants: «la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement».

  • Le bureau du président gabonais a accusé les soutiens de Jean Ping d’avoir planifié «des attaques coordonnées sur les symboles de l’Etat».

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales