Gabon : l'Assemblée nationale de Libreville en feu après la réélection d'Ali Bongo (IMAGES)

Source: AFP

Des manifestants ont mis le feu à l'Assemblée nationale du Gabon. Dès l'annonce de la victoire controversée d'Ali Bongo face à son opposant Jean Ping, des troubles ont éclaté dans les rue de la capitale Libreville.

L'Assemblée nationale est en train de brûler et des émeutes ont éclaté sur les grandes artères de Libreville, la capitale du Gabon, entre forces de l'ordre et des opposants au président sortant et réélu, Ali Bongo.

Alors que les forces de sécurité gardant l'enceinte parlementaire auraient été forcées de reculer face aux assaillants, les émeutiers «sont entrés et ils ont mis le feu», selon des témoins.

Les forces de sécurité gabonaises s'étaient déjà déployées aux points stratégiques de la capitale en prévision d'éventuelles émeutes.

Les témoins décrivent de véritables scènes de guerre.

Après sa réélection, Ali Bongo s'était pour sa part félicité d'une élection «exemplaire», «dans la paix et la transparence».

Selon les résultats officiels, le chef de l'Etat sortant a remporté la présidentielle du 27 août dernier avec 49,80 % des suffrages devant Jean Ping (48,23%), ex-cacique du régime du défunt Omar Bongo, père de l'actuel chef de l'Etat.

La «contestation des résultats doit se faire selon les voies juridictionnelles», a indiqué le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault, qui a également exhorté les «acteurs gabonais» à «inscrire leur action dans le cadre de la loi et de récuser toute forme d'intimidation ou de confrontation».

En savoir plus : Le Gabon dénonce l'ingérence étrangère, dont celle de la France, dans ses élections

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales