Yézidis : en Irak, alors que Daesh recule, de nouvelles fosses communes sont découvertes

Une fosse commune yézidie près de Sinjar en décembre 2015 Source: Reuters
Une fosse commune yézidie près de Sinjar en décembre 2015

De 5 200 à 15 000 victimes. Associated Press a recensé et cartographié quelque 72 fosses qui témoignent de massacres systématiques de la population yézidie de Sinjar. A mesure que Daesh recule en Irak, les découvertes macabres se multiplient.

«Nous voulons les récupérer et les emmener. Il ne reste que des os, mais il nous ont dit qu'ils devaient rester là. Une commission d'enquête va venir et les exhumer plus tard», explique Talal Murat, un survivant des massacres perpétrés par Daesh dans la région de Sinjar, au nord-ouest de l'Irak, près de la frontière syrienne. En août 2014, la ville de Sinjar et son district étaient tombés aux mains de l'organisation terroriste. 

Le recensement effectué sur le terrain par l'agence Associated Press révèle que le district de Sinjar est parsemé de charniers contenant les restes de milliers de Yézidis exécutés. Quelque 72 sites ont ainsi été identifiés, dont six avec plus de 100 individus, parfois tous d'une seule et même tribu yézidie. Au total, on estime ainsi entre 5 200 et 15 000 les personnes dont les troupes de Daesh ont fait disparaître les dépouilles dans des fosses communes.

Mais les estimations précises restent difficiles à obtenir. Certaines fosses se trouvent en effet dans des endroits trop dangereux du no man's land qui sépare les zones libérées des lignes de Daesh. Les estimations sont donc faites en partie sur la base des témoignages des survivants.

«Ils ne cherchent même pas à dissimuler leurs crimes»

Daesh a «décapité» des Yézidis, les a abattus, a «utilisé toutes sortes de techniques pour les tuer, y compris leur rouler dessus en voiture», témoigne Sirwan Jalal, responsable d'une agence gouvernementale irakienne en charge des fosses communes. Un témoin raconte ainsi son calvaire : «J'étais le numéro 43 et j'ai entendu un terroriste de Daesh annoncer "615". Une personne a crié : êtes-vous prêts ?" et un autre a répondu "oui". Ils ont alors commencé à nous tirer dessus à la mitrailleuse. Puis ils se sont tous mis à tirer alors que nous leur tournions le dos, face à la fosse», témoigne un homme qui a survécu en faisant le mort.

En août 2014, la ville a été reprise par Daesh aux peshmergas et les massacres de la communauté chrétienne kurde des Yézidis ont commencé. Le 13 novembre 2015, les forces kurdes d'Irak ont repris la ville avec le soutien de l'aviation de la coalition internationale.

Selon des experts de l'ONU, plus de 3 000 Yézidis sont encore prisonniers de Daesh, dont la majorité se trouve en Syrie. Les filles deviennent souvent des esclaves sexuelles et les garçons sont endoctrinés et envoyés au combat. Les Nations unies ont par ailleurs qualifié les persécutions contre les Yézidis de possible génocide.

Lire aussi : En Irak, 354 femmes yézidies libérées des griffes de Daesh à Falloujah

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales