Les forces israéliennes tirent des gaz lacrymogènes sur des Palestiniens lors d’un match de football

Un policier israélien tire du gaz lacrymogène Source: Reuters
Un policier israélien tire du gaz lacrymogène

Des dizaines de footballeurs et fans palestiniens ont été victimes d’une attaque des forces de sécurité israéliennes qui ont tiré contre eux des gaz lacrymogèes dans un stade, rapporte l’agence de presse Wafa.

Un match de football dans le stade de Faisal al-Husseini de la ville palestinienne d’al-Ram s'est transformé en cauchemar pour les footballeurs et les fans palestiniens lorsque les forces israéliennes y ont procédé à un raid. Selon l’agence de presse palestinienne Wafa, des dizaines de personnes ont souffert d'inhalation de gaz lacrymogènes après que les forces israéliennes ont lancé des grenades lacrymogènes dans le stade où se trouvaient réunies 1 200 personnes. Les motifs de cette attaque israélienne restent inconnus.

Ce n’est pas la première fois que les forces israéliennes s'en prennent à des Palestiniens sans fondement apparent. Ainsi, le 26 août, Tsahal a confirmé avoir abattu un Palestinien qui courait en direction des militaires israéliens. L’homme ne semblait pas être armé et, selon une source officielle palestinienne, souffrait de troubles mentaux.

Lire aussi : Cisjordanie : des soldats israéliens abattent un homme qui courait dans leur direction

Les tensions entre les Palestiniens et l'Etat hébreu ont grimpé d’un cran en 2014 quand Israël a entamé une guerre de Gaza pour répondre aux bombardements des territoires israéliens par des combattants du Hamas. Lors de ce conflit qui a duré 51 jours, les forces israéliennes ont tué environ 2 100 Palestiniens, principalement des civils, selon des estimations des organisations de défense des droits de l’homme. Dans le camp israélien, 66 soldats de Tsahal, ont été tués par les Palestiniens.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales