Un garçon britannique exécute un otage dans une nouvelle vidéo de Daesh

Le garçon britannique à droite
Le garçon britannique à droite

L’Etat islamique a diffusé une nouvelle vidéo glaçante où cinq garçons abattent des otages kurdes. L’un des enfants, blanc aux yeux bleus serait britannique. Il s'agirait du fils d’un autre djihadiste britannique mort en combattant en Syrie.

Une récente vidéo de Daesh montre cinq garçons qui doivent avoir entre 10 et 13 ans, armés, vêtus de tenues de camouflage devant des otages. Les visages des enfants qui viendraient de Royaume-Uni, de Tunisie, d'Egypte, de Turquie et d'Ouzbékistan s’affichent clairement sur l’écran. La vidéo se termine par les images du meurtre de sang-froid des otages qui seraient des combattants kurdes capturés lors des combats.

L'un des garçon dont l'identité n'a pas été établie mais qui est présenté comme Abu Adullah Al-Britani, blanc aux yeux bleus, serait britannique. Abu signifie «fils» en arabe, ce qui donne à croire qu’il peut être le fils d’Abdullah al-Britani, un jeune djihadiste britannique qui s’était marié en Syrie avant d'être tué dans une frappe de drones. Des dizaines autres djihadistes britanniques combattraient pour Daesh en Syrie en utilisant le nom al-Britani.

Abu Abdullah Al-Britani
Abu Abdullah Al-Britani

Il n’est pas rare que, dans sa communication, l’Etat islamique utilise des enfants. Cela permet à l'organisation terroriste de se vanter de préparer une nouvelle génération de djihadistes. Selon Quilliam Foundation, un think-tank basé à Londres, environ 50 enfants britanniques grandissent au sein de Daesh et sont formés pour devenir des combattants de l’Etat islamique. En outre, plus de 850 ressortissants britanniques se sont rendus en Syrie et en Irak pour rejoindre les groupes terroristes.

Lire aussi : En 2016, le nombre des Britanniques qui ont rejoint Daesh a déjà dépassé 850

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales