«On s'empoisonne avec ces fumées toxiques» : excédé, un pompier s'adresse aux brûleurs de voitures

Pompiers éteignant un feu de voiture, à Malmö le 15 août 20126
Pompiers éteignant un feu de voiture, à Malmö le 15 août 20126

Depuis plusieurs semaines, plusieurs quartiers populaires de Suède sont confrontés à une recrudescence des incendies d'automobiles. Dans un journal local, un pompier a poussé un cri de colère dans une lettre ouverte aux délinquants.

«Je suis pompier, et je veux vous faire comprendre ce que cela signifie. Pompier, c'est travailler pour sauver des vies. Nous n'éteignons pas seulement des incendies, nous intervenons aussi pour les malaises cardiaques, pour celles et ceux qui s’étouffent. Nous venons au secours de celui se noie. Voilà ce que c'est d'être pompier.» Dans une lettre ouverte publiée dans la presse locale et largement partagée sur les réseaux sociaux, Kaj Engelke, pompier à Malmö tient à s'adresser aux délinquants qui brûlent les voitures et que lui et ses collègues doivent éteindre. 

L'auteur tient a rappeler que derrière les fonctionnaires, il y a des individus. «Nous sommes tous le fils ou la fille, le père ou la mère de quelqu'un. Nous avons des frères et des sœurs. Nous sommes des gens comme vous, nous avons les mêmes droits que vous, comme le droit à la santé et à la sécurité. Nous avons aussi des obligations, comme vous», écrit le pompier dans le quotidien Sydsvenskan

Les pompiers victimes des gaz toxiques émanant des voitures brûlées

Dans son cri de colère, Kaj Engelke explique que lui et ses collègues sont victimes des inhalations des fumées des feux de voitures : «On s'empoisonne avec ces fumées toxiques, alors que nous consacrons notre vie à sauver la votre. Vous trouvez ça juste ?»

«Vous vous trouvez des excuses, vous dites que vous êtes victimes de la société. Mais je vais vous dire une chose : j'ai eu moi aussi une enfance difficile, j'ai subi l'insécurité, des problèmes de santé et la misère. Moi aussi j'aurais pu avoir des excuses pour fuir mes responsabilités.» 

La lettre de Kaj Engelke a été très largement partagée sur les réseaux sociaux et le pompier a reçu de très nombreux messages de soutien. Il dit s'être décidé à écrire cette lettre après avoir perdu plusieurs collègues : «J'ai des collègues qui sont morts du cancer, d'autres qui crachent du sang après avoir éteint ces satanés feux de voiture...»

Depuis le mois de juillet, 70 voitures au moins ont été incendiées dans la ville suédoise de Malmö, mais aussi à Stockholm et Göteborg. Les policiers ne sont toujours pas parvenus à arrêter un suspect. La ville de Malmö, troisième plus grande ville de Suède, a un taux particulièrement élevé de population immigrée. Selon les statistiques fournies par les autorités locales en 2015, 31% des 300 000 habitants de la ville étaient nés à l'étranger et près de 43% des résidents sont d'origine étrangère.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales