Au Kazakhstan, la mort inquiétante de milliers d'antilopes

Des ossements d'antilopes gisant à terre© Mike Hutchings Source: Reuters
Des ossements d'antilopes gisant à terre

Des centaines de carcasses d'antilopes Saïgas sont retrouvées chaque jour dans différentes régions du nord du Kazakhstan. Les autorités, qui mettent en cause une infection, ont décrété l'état d'urgence.

Le ministère kazakh des situations d'urgence a signalé avoir procédé à l'enterrement de 19 000 carcasses d'antilopes Saïgas dans la région du Kostanaï. Des rapports non officiels avancent que le nombre d'animaux morts pourrait désormais dépasser 30 000. 

Dans la région de Zholoba, au Nord du Kazakhstan, 10 000 antilopes sont décédées en une semaine.

Victimes de plusieurs vagues de déclin massif tout au long de l'Histoire, l'espèce avait quasiment disparu dans les années 1920, en raison d'une chasse excessive.

Depuis la fin des années 2000, une étrange vague de mortalité frappe à nouveau, chaque printemps, les antilopes du Kazakhstan. Selon l'explication officielle du ministère de l'Agriculture du Kazakhstan, la cause de tous ces décès serait la pasteurellose, une infection pulmonaire bactérienne. 

Les autorités déclarent en effet que les carcasses ne portent pas de blessures ou d'autres signes de traumatismes qui pourraient indiquer un braconnage massif, contre lequel des mesures ont, par ailleurs, été prises après 2003, année durant laquelle le nombre d'animaux vivants était retombé à 21 000, justement à cause du braconnage. 

Des associations écologistes parlent, elles, d'un possible empoisonnement causé par des engrais ou par les émissions des engins spatiaux qui décollent ou atterrissent dans la région.

Certaines associations estiment que le nombre de Saïgas s'élève à 260 000 dans toute l'Asie centrale, réparties entre la Russie, la Mongolie, l'Ouzbékistan et le Kazakhstan. D'autres avancent qu'il en resterait moins de 100 000.

En tout état de cause, les morts récentes représentent l'un des plus fort déclins de l'espèce de l'Histoire. 

Mais il y a des raisons de rester optimistes quant à la survie de l'espèce. Les femelles étant fertiles dès l'âge d'un an et donnant naissance rapidement, cette antilope d'Asie centrale est toujours parvenue à survivre aux épisodes de mortalité de masse. 

L'antilope Saïga, appelée aussi «la reine de la steppe d'Asie centrale» se distingue par ses yeux exorbités, un très long museau en forme de trompe et des cornes en spirale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales