Italie : Facebook bloque le compte d’un imam qui fait un lien entre sœurs catholiques et burqini

Italie : Facebook bloque le compte d’un imam qui fait un lien entre sœurs catholiques et burqini© Reuters Source: Reuters

L'imam de Florence a publié sur son mur Facebook une photo de religieuses catholiques marchant le long de la plage, appelant à un dialogue au sujet de l'interdiction du burqini. Son compte a été bloqué, avant d'être finalement réactivé.

Le message posté par l'imam de Florence, Izzedin Elzir, réagissait à la décision des villes françaises de Cannes et de Nice d'interdire le burqini sur leurs plages. Il a été partagé près de 2 700 fois. 

Le lendemain de la publication de son poste, ce dernier a eu la surprise que son compte Facebook avait été bloqué.

«C'est incompréhensible. Je dois leur envoyer un document d'identité pour que le compte soit réactivé. Ils voulaient s'assurer que j'étais bien le propriétaire du compte. C'est une procédure très étrange», s'est-il indigné dans les colonnes du quotidien La Repubblica.

Vendredi 19 août, le compte Facebook de l'imam a été finalement réactivé. L'homme a indiqué qu'il espérait qu'il n'avait pas été bloqué en raison de la photo des religieuses catholiques marchant le long de la plage.

Il a également noté que le burqini était devenu à la mode chez les femmes musulmanes au cours des dernières années et a regretté que «certains hommes politiques en France, au lieu de répondre aux besoins politiques et économiques de leurs concitoyens, se concentrent sur la façon de s'habiller des musulmans».

En ligne, de nombreux interautes sont intervenus pour manifester leur soutien à l'imam et décrivant l'interdiction comme «une arme psychologique contre les musulmans».

Cependant, d'autres ont exprimé leur désaccord, appelant à «ne pas confondre les deux situations qui sont différentes car, d'un côté, il y a des femmes qui ont "choisi" un mode de vie religieux avec les règles vestimentaires que cela implique et de l'autre, des femmes qui sont "obligées" de se couvrir l'intégralité du corps».

Ce n'est pas la première fois que la question du burqini fait le bonheur des médias cette semaine. Le 18 août, le politicien autrichien Ahmet Demir avait provoqué un tollé après avoir publié une photo de deux religieuses, plaisantant sur le fait qu'elles étaient «des femmes opprimées».

Plus tard, il a présenté ses excuses au bas de son post, tout en défendant le fait qu'il voulait transmettre le message selon lequel «chaque femme devrait être en mesure de porter ce qu'elle souhaite».

Le 16 août, le ministre italien de l'Intérieur Angelino Alfano a déclaré au quotidien Corriere Della Serra que l'Italie ne suivrait pas l'exemple de la France en interdisant le burqini, mais qu'elle renforcerait la réglementation sur l'exercice des imams et le fonctionnement des mosquées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»