La Russie prête à soutenir la proposition de l’ONU de cessez-le-feu humanitaire de 48 heures à Alep

Livraison d'aide humanitaire à Alep© Abdalrhman Ismail Source: Reuters
Livraison d'aide humanitaire à Alep

Le ministère russe de la Défense a soutenu la proposition de l'ONU d’introduire des trêves de 48 heures qui lui permettraient de fournir de la nourriture et des médicaments à Alep. Ces pauses entreront en vigueur dans une semaine environ.

«Premièrement, ces actions sont nécessaires pour que la population civile mène une vie normale», a souligné le député russe Sergueï Jigarev du comité de la Défense de la Douma [chambre basse du Parlement russe].

Le ministère russe de la Défense, qui a soutenu pour sa part la proposition de l’ONU, est déjà prêt à discuter de la question de la sécurité des convois humanitaires onusiens avec Damas et attend des garanties de sécurité de la part de Washington concernant l’opposition dite «modérée» soutenue par les Etats-Unis. Les cessez-le-feu de 48 heures entreront en vigueur à partir de la semaine prochaine.

De son côté l’ONU déclare être déjà prête à commencer la livraison de l’aide humanitaire. «Je salue la déclaration de la Fédération de Russie et l’équipe humanitaire des Nations unies qui se mobilise pour relever ce défi. Notre plan est d’élaborer ensemble les détails de l’opération et d’être prêts à la livraison dès que possible», s’est félicité Staffan de Mistura, émissaire pour la Syrie du secrétaire général des Nations unies.

D’autres pays ont également salué cette initiative russe. Ainsi, le représentant du département d’Etat, John Kirby, a indiqué lors d’une conférence de presse : «Nous soutenons tous les efforts qui allégeront la souffrance des gens.» Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a lui aussi salué la décision de la Russie, la qualifiant de mesure décisive pour fournir des biens de première nécessité aux résidents d’Alep.

Lire aussi : Le Front Al-Nosra exécute ceux qui tentent de fuir Alep par les corridors humanitaires

Depuis le 28 juillet, les autorités syriennes mènent une opération humanitaire avec l’aide de la Russie à Alep. Sept couloirs humanitaires ont été ouverts pour que civils comme combattants qui souhaitent déposer les armes puissent quitter la ville mais les terroristes ne respectent pas la trêve quotidienne de trois heures. Selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, des combattants du Front al-Nosra exécutent ceux qui tentent de quitter la ville.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales