Des bombardiers russes partis d’Iran frappent Daesh en Syrie pour le deuxième jour consécutif

Un bombardier russe Su-34 Source: Sputnik
Un bombardier russe Su-34

Des bombardiers russes ont attaqué avec succès les positions de Daesh en Syrie en décollant de l’aéroport iranien d’Hamadan. Pendant ce deuxième jour de frappes, l’aviation russe a éliminé plus de 100 terroristes et détruit leurs installations.

Le 17 août, des chasseurs russes Su-35 ont effectué une frappe aérienne dans la province de Deir ez-Zor, en Syrie, dans laquelle des installations de Daesh ont été détruites et au moins 150 extrémistes tués, selon le ministère russe de la Défense. Les avions ont décollé de l’aéroport iranien d’Hamadan.

Washinton, mécontent de l’utilisation de cette base par la Russie

Le déploiement des avions russes sur l’aéroport iranien d’Hamadan a suscité «le regret» des Etats-Unis. Ainsi, le représentant du Département d’Etat Mark Toner a déclaré que l’utilisation de la base iranienne par la Russie contredisait la résolution № 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU sur le programme nucléaire iranien, qui interdit la vente et la livraison d’avions de combat à l’Iran sans l’approbation du Conseil de sécurité.

La Russie estime pour sa part que les Etats-Unis interprètent cette résolution à leur manière. Constantin Kosatchev, président de la commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération de Russie, a indiqué que les bombardiers russes déployés dans l’aéroport iranien n’étaient pas utilisés dans les intérêts de l’Iran, mais pour des frappes aériennes contre les terroristes en Syrie, l’utilisation de cette résolution comme argument n’étant alors pas recevable. Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères a en outre confié à Sputnik que l’interprétation par Washington de la résolution était «tirée par les cheveux dans le but d’accuser sans fondement la Russie de la violation de ce document».

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales