Berlin aurait demandé à la NSA de déchiffrer les conversations des auteurs des derniers attentats

© Michaela Rehle Source: Reuters

Selon le magazine Focus, les services de renseignements allemands ont eu besoin des services américains pour décrypter les messages que les auteurs des attaques terroristes et leurs complices presumés ont échangés, incapables de le faire eux-mêmes.

L'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) a aidé le service fédéral de renseignement allemand (BND) dans son enquête sur les deux attentats de juillet dernier commis à Würzburg et à Ansbach, rapporte une source anonyme proche de l'enquête qui s'est exprimée dans le magazine Focus. La NSA a décodé les messages qui auraient été envoyés par un coordinateur appartenant à Daesh, à l'aide d'une carte SIM enregistrée en Arabie saoudite.

Les recommandations de cette personne dont l’identité doit être découverte auraient été envoyées aux deux assaillants peu avant qu’il ne passent aux actes, avait déjà rapporté Der Spiegel la semaine dernière.

Selon les discussions décryptées, l'assaillant de Würzburg, Riaz Khan Ahmadzai, un afghan de 17 ans, qui a blessé cinq personnes avec une hache et un couteau dans un train le 18 Juillet, devait initialement foncer en voiture dans une foule. Le plan avait finalement été abandonné car le jeune homme était mineur et ne savait pas conduire. Il a alors dit qu'il procéderait à une attaque dans un train.

L'autre attaquant, Mohammad Daleel, un Syrien de 27 ans, qui s'était vu refuser le statut de réfugié par les autorités allemandes, aurait été invité par ce coordinateur à filmer son attaque dans la ville bavaroise d’Ansbach le 24 juillet. L'enquête avait montré que la bombe artisanale qu'il avait cachée dans son sac à dos a explosé plus tôt que prévu, tuant l'assaillant et blessant 15 personnes.

D'autres messages échangés avec Mohammad Daleel ont par ailleurs montré que ce dernier avait l'intention de perpétrer d'autres attaques par la suite.

Plus tôt cette semaine, l'ambassade d'Arabie saoudite a confirmé qu’elle avait coopéré avec les enquêteurs allemands, mais le ministre saoudien de l'Intérieur, Mansour al-Turki, a rejeté les allégations selon lesquelles les assaillants avaient été en contact avec un coordinateur de Daesh basé en Arabie Saoudite.

«L'enquête a révélé que le coordinateur de Daesh n'a pas donné ses instructions depuis l'Arabie [saoudite], mais d'un territoire contrôlé par l'Etat islamique», indique le communiqué saoudien, allusion aux zones contrôlées par l’organisation terroriste en Syrie et en Irak.

La déclaration ne précise pas à laquelle des deux attaques, le ministre saoudien fait allusion.

L’annonce d’une coopération entre les services secrets allemand et américain tombe après une longue période de relations plutôt tendues entre les services de ces deux pays, en raison d’un certain nombre de fuites ayant révélé que les deux pays s'espionnaient mutuellement.

En 2013, les révélations de l'ex-agent de la NSA Edward Snowden, selon lesquelles l'agence américaine espionnait Angela Merkel et ses proches conseillers avaient provoqué une vive indignation en Allemagne. Dans les mois qui ont suivi, on a appris que jusqu'à 125 fonctionnaires allemands avaient été ciblés par les services de renseignement américains.

Mais en juillet, un document du Bundestag a indiqué que le BND avait, lui aussi, espionné des dizaines de missions diplomatiques de l'UE et de l'OTAN jusqu'en octobre 2013. Les 3 000 cibles du BND incluaient des chefs d'Etat, des chefs de gouvernement et des ministres.

Lire aussi : Malgré les attentats, Angela Merkel ne renonce pas à sa politique d'accueil des réfugiés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales