McCain : les Etats-Unis sont en partie responsables de l’emploi de bombes à sous-munitions par Kiev

McCain : les Etats-Unis sont en partie responsables de l’emploi de bombes à sous-munitions par Kiev Source: Reuters
le sénateur américain John McCain. (REUTERS/Gary Cameron)

Les Etats-Unis sont en partie responsables de l’utilisation aveugle de bombes à sous-munitions dans l’est de l’Ukraine. C’est ce qu’a dit le sénateur américain John McCain à l’agence d’information russe Sputnik tout en justifiant l’envoi d’armes.

Pour McCain, cela est dû au fait que les Etats-Unis ne livrent pas encore d’armes à l’Ukraine.


« Je pense que si nous avions fourni les armes dont ils ont besoin, ils n’auraient pas jugé nécessaire d’utiliser des bombes à sous-munitions. C’est en partie notre faute », a dit à Sputnik le sénateur John McCain qui est aussi président du Comité des forces armées du Sénat.


Human Rights Watch (HRW) a confirmé les rapports de novembre selon lesquels les troupes de Kiev ont lancé des bombes à sous-munitions dans des zones résidentielles au sud-est de l’Ukraine et notamment à Donetsk et à Lougansk. De plus, selon l’ONG, une arme à sous-munitions utilisée à Donetsk le 2 octobre a causé la mort d’un employé du Comité international de la Croix-Rouge.

McCain : les Etats-Unis sont en partie responsables de l’emploi de bombes à sous-munitions par Kiev Source: RIA NOVOSTI
(RIA Novosti / John Trast)


L’utilisation d’armes à sous-munitions est interdite en droit international humanitaire. 114 pays ont signé un traité de l’ONU qui interdit l’utilisation de telles armes dont les sous-munitions qui peuvent partir par centaines dans n’importe quelle direction au cours de leur explosion.


HRW a reproché à Kiev de ne pas enquêter sur l’utilisation aveugle de bombes à sous-munitions contre la population civile à l’est du pays. Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a répondu qu’il n'existe aucune preuve et suggéré à l’ONG de se concentrer sur la Crimée qui fait partie intégrante de la Russie depuis son rattachement à la Fédération en mars 2014.

McCain a aussi souligné que la fourniture d’armes à l’Ukraine devrait s’accompagner de l’envoi de conseillers militaires américains. « Il en faut quelques-uns [des conseillers militaires] », a dit Mc Cain. « Mais il n’en faut pas beaucoup et ils ne doivent pas être engagés dans les combats. Nous n’enverrons pas les troupes américaines aux combats, mais nous les aideront [les Ukrainiens] à se défendre ».


McCain est une des personnalités politiques américaines qui prônent activement l’extension de l’aide militaire à l’Ukraine au-delà des munitions et des formations dispensées actuellement. Un petit groupe de conseillers militaires américains travaille déjà en Ukraine depuis l’année dernière.


Le sénateur a précisé que l’Ukraine a besoin de lance-missiles antichar Javelin et de soutien en matière de renseignement.


La question d’envoyer ou non une aide létale à l’Ukraine est un des grands débats de la semaine en politique américaine. La Maison Blanche a annoncé lundi 2 février qu’elle continuait à examiner « toutes les options » concernant sa réponse à apporter à la crise ukrainienne. « Nous continuons à évaluer la meilleure façon de soutenir l'Ukraine », a déclaré la porte-parole du département d'Etat américain Jen Psaki ce lundi. « Nous avons pour but de poursuivre l’élaboration d’une solution par des moyens diplomatiques et nous évaluons toujours différentes options qui aideraient à créer les conditions d’une solution négociée à la crise. »

Entretemps, le conseiller adjoint à la sécurité nationale Ben Rhodes a déclaré sur CNN le 2 février que la livraison d'armes au gouvernement ukrainien ne résoudrait pas la crise dans le pays. « Nous ne croyons pas qu’on puisse répondre à la crise en Ukraine par une livraison d'armes accrue », a-t-il souligné. Au contraire, « le meilleur moyen » est d'imposer plus de sanctions économiques à la Russie, a assuré le fonctionnaire de la Maison Blanche.

En savoir plus : Etats-Unis : des livraisons d’armes à Kiev « n’est pas la réponse » à la crise ukrainienne

De plus, le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest a déclaré ce lundi en conférence de presse que les Etats-Unis envisagent différents moyens d’accorder un financement supplémentaire à Kiev.

La guerre civile en Ukraine a coûté la vie à plus de 5 000 civils et a eu un impact énorme sur l'économie du pays.


Le président russe Vladimir Poutine a déclaré en décembre que le conflit ne devait être résolu que par des négociations directes entre Kiev et les insurgés. Il a aussi souligné que l'offensive dans le sud-est du pays a commencé à l’initiative de Kiev, pas des milices locales. Les milices du Donbass formées après le coup d’Etat de février 2014 à Kiev ont relayé le mécontentement d’une grande partie de la population locale à propos du nouveau gouvernement intérimaire soutenu par l’Occident.

La violence s’est intensifiée entre les forces anti-gouvernementales et les troupes de Kiev en janvier après des mois de trêve fragile. Moscou continue à convier les deux parties au conflit à respecter l’accord de cessez-le-feu signé en septembre.

La ville de Debaltsevo est devenue le théâtre de combats particulièrement violents entre les troupes ukrainiennes et les insurgés. Jeudi 5 février, la milice de Donetsk a proposé d’arrêter les tirs à partir de 9 heures du matin, heure locale (0600 GMT) le lendemain afin de constituer un couloir humanitaire de fuite à l’usage des civils de la ville. Kiev aurait accepté le cessez-le-feu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»