JO 2016 : deux personnes abattues aux abords des sites olympiques

Source: Reuters

Deux personnes sont mortes à proximité du stade Maracana et du Boulevard olympique de Rio de Janeiro le 5 août, jour de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques (JO), a indiqué la police brésilienne.

La criminalité endémique de la ville de Rio ne fait pas de break pendant les festivités olympiques. Un délinquant a été tué par un policier militaire dans la soirée du 5 août dans une rue proche du stade mythique où a été allumée la vasque olympique, a indiqué la police dans un communiqué diffusé le lendemain.

«Les premières informations indiquent que l'homme était en train de voler quand un policier militaire, d'un autre Etat régional qui travaille dans la sécurité des Jeux, lui a tiré dessus», explique la police dans le communiqué, sans préciser si l'assaillant était armé.

Quelques heures auparavant, une architecte en voiture sur l'une des principales voies d'accès au Boulevard olympique, une avenue piétonne de la zone portuaire de Rio entièrement rénovée pour les JO, a été tuée d'une balle dans la tête lors d'une attaque à main armée.

Cette femme de 51 ans a été abordée vers 9h du matin par trois hommes armés qui voulaient la voler. Effrayée, elle a tenté de prendre la fuite et a été tuée par les criminels, rapportent les autorités brésiliennes.  

Depuis plusieurs semaines, la sécurité de ces Jeux olympiques à Rio fait débat. L'Etat de Rio de Janeiro est en effet confronté à une crise politique mais aussi économique. Les finances de la police de Rio de Janeiro sont si mal en point que certains commissariats ont dû bénéficier de donations privées pour pouvoir continuer à garantir l'ordre public. Certains policiers ont même fait grève le 27 juin accueillant les passagers à l'aéroport avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire : «Bienvenue en enfer. La police et les pompiers ne sont pas payés. Quiconque viendra à Rio de Janeiro ne sera pas en sécurité.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales