Un employé du FBI admet être un «agent chinois» devant la Cour

Kun Shan Chun a plaidé coupable, reconnaissant avoir agi pour le compte de la Chine Source: Reuters
Kun Shan Chun a plaidé coupable, reconnaissant avoir agi pour le compte de la Chine

En contact avec des informations top secrètes sur les technologies de surveillance américaines, Kun Shan Chun, alias Joey, a reconnu avoir divulgué nombre d'informations confidentielles à Pékin. Il risque jusqu’à 10 ans de prison.

Citoyen américain né en Chine et connu sous le nom de Joey, Kun Shan Chun a plaidé coupable devant la Cour, reconnaissant avoir agi en tant qu’«agent du gouvernement chinois».

Si son avocat a assuré qu’il «regrette profondément» ce qu’il a fait et aime les Etats-Unis, le procureur des Etats-Unis, Preet Bharara, est pour sa part resté de marbre, assurant que l’homme avait porté atteinte à la sécurité nationale et trahi le pays.

L’ancien employé du FBI risque de passer plus de dix ans de sa vie derrière les barreaux. Toutefois, le gouvernement et le ministère de la Défense estimeraient qu’une peine allant de 21 à 27 mois de prison «serait appropriée», rapporte le journal américain New York Times.

Depuis 1997 et jusqu’à son arrestation en mars 2016, l’homme de 46 ans travaillait pour les services secrets américains en tant que technicien en électronique.

C’est en 2011 qu’il aurait rencontré un fonctionnaire du gouvernement chinois avec lequel il aurait alors travaillé secrètement, indique le département de la Justice. Il aurait également échangé des informations avec une entreprise de technologie chinoise, Zhukai Kolion, dans laquelle il avait «un intérêt financier indirect», selon la même source.

Il est également accusé d’avoir partagé des renseignements sur la structure du FBI ainsi que des photos de documents confidentiels sur des technologies de surveillance, et d’avoir divulgué l’identité et l’itinéraire d’un de ses collèges du FBI.

Selon les autorités américaines, Chun aurait été rétribué sous forme d’argent mais aussi par d'autres avantages tels que des vacances et des séjours dans des hôtels.

Selon le dossier, il a été piégé alors qu’il proposait son aide à un agent infiltré afin de transmettre des informations gouvernementales à des partenaires chinois.

Lire aussi : Espionnage économique, les Etats-Unis voient rouge quand la Chine les écoute

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales