Israël : Netanyahou soupçonné d'avoir orchestré une campagne de diffamation contre un opposant

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a-t-il traîné son opposant dans la boue ?© Ronen Zvulun Source: Reuters
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a-t-il traîné son opposant dans la boue ?

La police israélienne a ouvert une enquête contre des conseillers du Premier ministre soupçonnés d’avoir récolté des dizaines de milliers d’euros pour empêcher à tout prix son prédécesseur et opposant Ehud Barak de revenir sur la scène politique.

Au moins l’un des assistants du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, dont le nom n’a pas été communiqué, a été auditionné par la police.

Selon la chaîne télévisée israélienne Channel 10, citant les enquêteurs, 140 000 shekels (environ 33 000 euros) pourraient avoir été récoltés afin de financer une campagne de calomnies contre l’ancien Premier ministre et farouche opposant au gouvernement actuel, Ehud Barak.

Une perquisition a par ailleurs été menée dans les bureaux d’une firme spécialisée en relations publiques, travaillant pour Netanyahou et suspectée de ne pas avoir rendu compte, conformément à la loi, de ses publications anti-Barak, a ajouté le quotidien israélien Haaretz.

Ehud Barak a été Premier ministre de l’Etat hébreu entre 1999 et 2001 et a également occupé le poste de ministre des Affaires militaires. Ces derniers mois, il a régulièrement eu des mots très durs à l’égard des politiques menées par Benjamin Netanyahou.

En mai, il avait vivement critiqué la décision de ce dernier de remplacer le chef des Affaires militaires Moshe Ya’alon par Avigdor Lieberman, président controversé du parti extrémiste Israel Beytenou («Israël notre maison»).

Il avait alors indiqué que le gouvernement israélien actuel était «infecté par les graines du fascisme» et qu’il devait être renversé avant qu’il ne renverse tous ses opposants.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales