Une cyber-attaque à grande échelle a pris pour cible 20 organisations gouvernementales russes

© Ints Kalnins Source: Reuters

Les réseaux informatiques de 20 organisations russes dans le domaine scientifique et de la Défense ont été infectés par des logiciels malveillants, selon le Service de sécurité russe (FSB) qui évoque une opération de hacking professionnelle.

«Les systèmes informatiques de bureaux gouvernementaux, d'organisations scientifiques et militaires, de sociétés de défense et d'autres éléments de l'infrastructure essentielle de la Nation ont été infectées», a déclaré le FSB dans un communiqué. 

L'agence de sécurité a déclaré que tous les cas semblent faire partie d'une attaque bien coordonnée nécessitant une expertise considérable. Le codage des logiciels malveillants et des vecteurs d'attaque sont similaires à ceux utilisés dans les opérations de cyber-attaque précédentes contre des cibles en Russie et dans d'autres pays, indique le rapport.

«Le logiciel élaboré a été adapté pour chaque cible individuellement sur la base caractéristique unique de l'ordinateur attaqué», a déclaré le rapport .

Le logiciel malveillant pourrait être utilisé pour surveiller le trafic internet, contrôler le clavier et les commandes, prendre des captures d'écran et des enregistrements secrets avec la caméra et/ou le microphone de l'ordinateur infecté, a ajouté le FSB.

L'agence n'a pas précisé si elle suspectait quelque organisme d'être derrière la cyber-attaque, ni si cette dernière aurait pu être menée par un gouvernement étranger.

Le rapport intervient peu de temps après que les médias américains ont accusé la Russie de piratage, affirmant que le Kremlin voulait influencer le résultat de l'élection présidentielle américaine en novembre. Interrogé sur ces allégations, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré qu'il ne souhaitait pour le moment faire aucun commentaire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales