Moscou et Paris entament les négociations sur les Mistral

Un porte-hélicoptère français Mistral Source: Reuters
Un porte-hélicoptère français Mistral

La Russie et la France tentent en ce moment de résoudre la situation concernant la livraison des porte-hélicoptères Mistral, a annoncé l’ambassadeur de la France à la Russie Jean-Maurice Ripert.

«Le président de la République française a dit : les conditions de la livraison des Mistral ne sont pas réunies, mais il a affirmé que nous entrons dans des pourparlers avec la partie russe afin de mettre un terme à cette situation problématique», a annoncé Jean-Maurice Ripert à l’agence de presse russe Interfax.

Il a souligné qu’il y avait la volonté entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue François Hollande de résoudre ce problème. «Nous nous en occupons», a-t-il dit.

Le 15 mai dernier, une information parue dans le journal russe Kommersant indique que la France était disposée à rembourser 785 millions d’euros à la Russie puis revendre ensuite ces bateaux  à un pays tiers, mais Moscou a refusé cette proposition car la somme déjà payée par la partie russe atteint 890 millions d'euros.

En savoir plus : Mistral : Paris tente d'économiser sur la rupture de contrat avec Moscou

Le Kremlin, pour sa part, estime que le préjudice total atteint 1,163 milliards d’euros et ne donne pas le droit à l’Elysée de revendre les bateaux sans que cette dette soit payée.

Le contrat de vente des Mistral pour un montant total de 1,2 milliards d’euros avait été conclu en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

L’affaire de la livraison des Mistral dure depuis le 3 septembre 2014. Le premier navire devait être remis à la Russie en octobre 2014, mais suite à la crise ukrainienne le président français a suspendu la livraison. La livraison du second est prévue pour le 1er novembre 2015. La somme des dommages et intérêts en cas de non-exécution du contrat pourrait s’élever à trois millions d’euro.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales