Wikileaks : Fuite de plus de 20 000 e-mails du DNC concernant Hillary Clinton

Source: Reuters

Dans un communiqué publié vendredi 22 juillet annonçant leur nouveau «Hillary Leaks», Wikileaks a déclaré avoir révélé plus de 20 000 e-mails ainsi que 8000 pièces et documents du Comité National Démocrate (DNC) concernant la candidate.

Les courriels publiés vendredi couvrent une période allant de janvier 2015 à mai 2016. Ils sont issus des comptes de sept figures clé du Comité National Démocrate : le conseiller Andrew Wright, le directeur national des finances Jordon Kaplan, le chef financier du cabinet Scott Comer, le responsable de la communication Luis Miranda, le directeur des finances pour la Californie du nord Robert Stowe, mais aussi Daniel Parrish, directeur financier des données et des initiatives stratégiques, et Allen Zachary, autre directeur financier. 

La plupart des e-mails concernent Bernie Sanders et évoquent les nombreux opposants d'Hillary Clinton qui au sein du parti démocrate avaient qualifié le système de «truqué».

Un grand nombre d'e-mails échangés entre les hauts fonctionnaires du DNC sont simplement des articles de presse concernant la façon dont les démocrates peuvent régler le problème avec l'aile gauche des insurgés.

Le scandale des e-mails pourrait être un véritable fardeau pour Hillary Clinton et ses équipes de campagne, qui n'en sont pas à leurs premiers déboires avec les révélations compromettantes. 

Le site Wikileaks avait en effet déjà mis en ligne en mars dernier près de 30 322 courriels et des pièces jointes envoyées vers et depuis le serveur de messagerie privée utilisé par Hillary Clinton. Les 50 547 pages de documents concernent la période du 30 juin 2010 au 12 août 2014. 

En outre, avec le scandale de l'utilisation par la candidate d'une messagerie électronique privée dans le cadre de ses fonctions lorsqu'elle était Secrétaire d'Etat, le Département d'Etat avait demandé à rendre publique ces e-mails avant de bloquer le processus. Nombre de ces messages contenaient en effet des informations dites «classifiées». L'utilisation de cette messagerie par Hillary Clinton, qui n'est pas en soi «illégale», avait néanmoins poussé le FBI à lancer une enquête.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales