Macédoine : et si la controverse ethnique n’était pas la seule raison de la crise?

Le Premier ministre macédonien Nikola Gruevski Source: Reuters
Le Premier ministre macédonien Nikola Gruevski

Alors que le gouvernement macédonien rencontre les dirigeants de l’opposition pour négocier la résolution d’une profonde crise politique qui secoue le pays, certains analystes se demandent si l’Occident ne tire pas les ficelles en sous-main.

Selon un haut responsable au sein du gouvernement, la rencontre entre le Premier ministre Gruevski, son partenaire de coalition, le leader du parti albanais ethnique Ali Ahmeti et les responsables de l’opposition Zoran Zaev et Menduh Thaci a commencé à huis clos à Skopje. Il s’agit d’une initiative de la communauté internationale, a précisé la source.

La rencontre se déroule en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Macédoine Jess Baily et du chef de la délégation de l’UE à Skopje Aivo Orav. Zoran Zaev a en effet exigé la présence d’observateurs internationaux pour accepter de participer à cette réunion.

Alors que les Etats-Unis et l’Union européenne ont mis en doute dans une déclaration officielle «l’attachement de la Macédoine au principes démocratiques et aux valeurs de la communauté euro-atlantique», le réalisateur serbo-américain Boris Malagurski a estimé dans une interview à RT que ce message confirme que la crise politique que connait le pays est orchestrée depuis l’étranger.

Boris Malagurski donne une interview à RT Source: RT
Boris Malagurski donne une interview à RT

«C’est une allusion qui dit que soit les autorités macédoniennes font ce que les Etats-Unis veulent, soit ils verront leur pays déchiré par les violences, la déstabilisation et la guerre civile», a déclaré Malagurski, en soulignant que le projet russe de faire passer le gazoduc «Turkish stream» par le territoire de la Macédoine inquiétait passablement Washington qui voit d’un mauvais œil la montée de l’influence russe dans ce pays.

«Si on retrace l’histoire de la région de l’ancienne Yougoslavie, (…) lorsque l’Occident commençait à s’ingérer dans les affaires intérieures du pays, il y a toujours eu la guerre», a noté le cinéaste.

Le chef du parti d’opposition l’Union sociale-démocrate Zoran Zaev a appelé ses partisans à participer à une vaste manifestation prévue ce dimanche pour réclamer la démission du Premier ministre Nikola Gruevski. De nombreuses protestations se sont déjà déroulée en Macédoine depuis quelques semaines. Les manifestants réclament la démission de l’ensemble du gouvernement suite à des scandales de mise sur écoute révélé en début d’année et qui semblent être le signe d’importants abus de pouvoir commis par les membres du gouvernement. Le mouvement populaire s’est intensifié après un week-end sanglant à Koumanovo, où un affrontement entre la police et des terroristes présumés a fait 22 morts, dont 14 albanais.

En savoir plus : 22 personnes tuées, 30 accusées de terrorisme en Macédoine

De leur côté, les autorités macédoniennes ont déclaré que c’était un service de renseignement étranger qui effectuait les écoutes, et que l’opération policière à Koumanovo visait des membres d’un groupe terroriste albanais qui essayait de s’infiltrer sur le territoire du pays en vue d’organiser des attentats contre le gouvernement.

Mardi, le Premier ministre Gruevski a remplacé deux ministres de son cabinet et le chef du renseignement pour tenter d’apaiser les tensions dans le pays. Mais sans succès.

En savoir plus : Trois démissions du gouvernement macédonien ne calment pas les manifestants (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales