Suisse : une nouvelle affaire de «burqini» à la piscine fait polémique

Suisse : une nouvelle affaire de «burqini» à la piscine fait polémique© © assilaswimwear / Instagram
Suivez RT France surTelegram

A Carouge en Suisse, une mère de famille n'a pu accéder à la piscine car elle portait un «burqini», maillot de bain islamique recouvrant tout le corps. Si le personnel parle de motif religieux, la mairie elle, préfère évoquer l'hygiène.

Selon La Tribune de Genève, la femme en question s'est présentée à la piscine municipale de Carouge, dans la banlieue genevoise, accompagnée de son mari et de ses enfants, et a demandé au personnel de l'établissement s'il était possible de nager burqini. Deux employés lui auraient alors signalé que le maillot de bain islamique était interdit dans l'enceinte de la piscine car il constituait un «signe distinctif religieux».  

Le mari aurait alors protesté en demandant notamment si cette règle s'appliquait également à d'autres signes religieux tels que la croix chrétienne. Sur quoi, le personnel lui aurait répondu qu'il «ne pouvait pas surveiller ce genre de signes religieux».  

Pourtant, la mairie de la ville de Carouge a donné une toute autre explication, préférant invoquer un motif «d'hygiène et de sécurité». En effet, selon les autorités de la ville, le burqini serait incompatible avec des mesures de sécurité primordiales : en cas de malaise cardiaque par exemple, il faut le découper avant d'intervenir sur la victime, ce qui fait perdre un temps précieux et pourrait coûter la vie. 

Par ailleurs, puisqu'il s'agit d'un habit recouvrant le corps intégralement, le burqini est interdit au même titre que tout autre habit d'extérieur, des shorts se terminant au-dessous des genoux ou des combinaisons intégrales en lycra anti-UV par exemple.

Au début du mois de juillet, toujours en Suisse mais Bâle, la communauté de citoyens de la ville, responsable de la naturalisation, avait refusé de délivrer un passeport à deux jeunes filles de 12 et 14 ans de confession musulmane qui avaient refusé de participer à un cours de natation mixte.

En avril 2016, les autorités bâloises ont décrété que, pour des questions d’hygiène, les femmes musulmanes devront s’habiller comme les autres clientes de la piscine. Si elles ne veulent pas se baigner en maillot de bain, elles pourront se vêtir de burqinis moulants.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix