Des Israéliens réclament un milliard de dollars à Facebook, l'accusant de soutenir le Hamas

Source: Reuters

Plusieurs familles israéliennes ont accusé le réseau social le plus populaire du monde d’être le complice du Hamas dans l'organisation de plusieurs attentats et lui ont demandé un milliard de dollars de dommages et intérêts.

Le 11 juillet, les proches de quatre Israéliens et d’un Américain qui ont perdu la vie lors d’attentats à Tel-Aviv, à Jérusalem et en Cisjordanie pendant la vague de violences d'octobre 2015, ont fait une démarche sans précédent : ils ont annoncé leur intention de traduire en justice les responsables de Facebook car ils sont persuadés que le réseau social a «fourni un soutien matériel et des ressources au Hamas [...] et facilité la capacité du groupe terroriste à communiquer, recruter des membres, préparer et lancer des attentats, et semer la peur chez ses ennemis».

La plainte a été déposée par l'ONG Shurat Hadin au nom des membres des familles devant un tribunal du sud de New-York, dans le cadre d’un procès instruit aux Etats-Unis. Les proches des victimes demandent des indemnités s'élevant à un milliard de dollars (plus de 900 millions d’euros) à l'entreprise de Mark Zuckerberg.

La direction de Facebook n’a, pour le moment, pas encore commenté la plainte. Le réseau social ne cesse de mettre en avant sa politique de signalement de contenus abusifs par les utilisateurs. «Il n’y a pas de place pour les contenus encourageant la violence, les menaces directes ou la haine», lit-on dans son communiqué publié le 10 juillet.

En octobre 2015, des affrontements et des attentats terroristes ont endeuillé les territoires israéliens et palestiniens. Au moins 214 Palestiniens, 34 Israéliens, deux Américains, un Erythréen et un Soudanais y ont trouvé la mort.

Lire aussi : Trois Palestiniens tués après des attaques anti-israéliennes au couteau

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales