Après l’invasion de l'Irak, «le monde est meilleur», affirme Tony Blair malgré des milliers de morts

Source: Reuters

Suite à la publication du rapport Chilcot accablant sur la décision de l’ancien Premier ministre britannique d’engager militairement son pays en Irak dans les années 2003-2009, il continue d’affirmer avoir pris une bonne décision.

«Nous avons pris la bonne décision. Le monde est meilleur et plus sûr sans Saddam Hussein», a déclaré le Premier ministre britannique des années 1997-2007, Tony Blair, lors d'une conférence de presse consécutive à la publication du rapport Chilcot dont la rédaction a pris plus de sept ans. 

«Si le dictateur irakien Saddam Hussein était resté au pouvoir en 2003, il aurait continué à poser une menace à la paix dans le monde», a-t-il ajouté en rejetant l'accusation que l'intervention en Irak avait augmenté la menace terroriste.

Même si tout au long des 12 volumes du rapport ses auteurs parlent de preuves sur l'inanité d’envahir l’Irak militairement, Tony Blair continue de justifier la guerre en Irak qui a coûté la vie à plusieurs dizaines de milliers d'Irakiens et 179 soldats britanniques.

Lire aussi : Pour la commission Chilcot, l’invasion du Royaume-Uni en Irak n’était pas justifiée

«C'était la décision la plus difficile que j'aie jamais prise. [....] Et je l'ai prise de bonne foi et dans ce que je pensais être l'intérêt supérieur du pays. J'en endosse l'entière responsabilité. J'éprouve plus de peine, de regrets et d'excuses que vous ne pouvez l'imaginer», a-t-il poursuivi.

Lors de son long discours devant les journalistes qui a duré plus de 45 minutes, Tony Blair a également rejeté les accusations faisant état que les informations des services de renseignement sur la préssence d'armes de destruction massive en Irak avaient été mal vérifiées.

«Comme le rapport le montre, il n'y a pas eu de mensonges, le parlement et le gouvernement n'ont pas été trompés, il n'y avait pas d'engagement secret pour aller à la guerre. [....] Les renseignements n'ont pas été falsifiés et la décision a été prise de bonne foi. Je savais que ce n'était pas une décision populaire. Je l'ai prise parce que je pensais que c'était la bonne chose à faire», a-t-il évoqué.

Dans le rapport de Chilcot, la commission a révélé une lettre où Tony Blair promettait au président des Etats-Unis de l'époque que le Royaume-Uni se maintiendrait en Irak aussi longtemps que les Etats-Unis y seront. Lors de la conférence de presse, il a confirmé ses dires.

«Il était important que les Etats-Unis ne soient pas seuls dans la lutte contre le terrorisme», a-t-il souligné.

La guerre en Irak a été déclenchée le 19 mars 2003 quand les forces alliées des Etats-Unis, dont le Royaume-Uni, l’Australie et la Pologne, sont entrées dans le pays afin d’évincer Saddam Hussein et le parti Baas du pouvoir sous le prétexte de restaurer la «démocratie en Irak». La guerre a duré plus de six ans. Des dizaines de milliers d'Irakiens ont été tués. Malgré la mort de Saddam Hussein, la situation dans la région ne s’est pas stabilisée. Les violences interconfessionnelles y ont succédé.

Le prix de la guerre en Irak

Lire aussi : Les majeures révélations de Chilcot sur la participation du Royaume-Uni dans la guerre en Irak

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales