Un propriétaire de club nie le rôle imputé à des footballeurs russes lors d'une soirée à Monte-Carlo

© Capture d'écran, vidéo YouTube : Rutnet

Une soirée au club Twiga de Monte-Carlo, où se trouvaient les footballeurs Pavel Mamaev et Alexander Kokorin, a scandalisé. Cependant, selon le propriétaire du club, les sportifs russes ne sont pas à l'origine des dépenses qui y ont été faites.

«Ces deux jeunes hommes, Pavel Mamaev et Alexandre Kokorine, sont venus avec leurs femmes à Twiga pour dîner. Après le repas ils sont restés pour fumer le narguilé. C’était une soirée privée organisée par des Russes. Ils ont reconnu Kokorine et Mamaev et, étant leurs supporters, ils ont commandé en leur honneur quelques bouteilles de champagne et demandé au DJ de jouer l’hymne russe», a expliqué sur sa page Instagram le propriétaire, Flavio Briatore, homme d’affaire italien.

Pour expliquer la table envahie par les bouteilles de champagne, Flavio Briatore a indiqué que les autres clients russes avaient offert plusieurs bouteilles aux sportifs. Le businessman italien a aussi insisté sur le fait que les deux sportifs n’avaient pas bu d’alcool.

Plus tôt, Alexander Kokorin avait annoncé que, s'il se trouvait dans le club, d'autres individus à l'origine de l'organisation de la soirée avaient mis l’hymne de la Russie. «Nous n’avons aucun lien ni avec le coût de cette soirée, ni avec l’ambiance, et quant à l’argent, dont les médias parlent, on pourrait acheter non seulement tout le champagne mais aussi toute la boîte».

Mardi 5 juillet, un utilisateur d’Instagram avait diffusé une vidéo sur son compte, où l'on pouvait voir les serveurs apporter des bouteilles de champagne décorées avec des cierges à la table des athlètes russes Pavel Mamaev et Alexander Kokorine, et ce sans discontinuer. Selon la première version des médias, les footballeurs auraient acquis un total de 500 bouteilles de champagne, pour la modique somme de 250 000 euros.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales