«La banque de terrorisme» : cinq Britanniques accusés de financer Daesh en escroquant des retraités

Les membres de DaeshSource: Reuters
Les membres de Daesh

Cinq Britanniques sont accusés de fraude sur des retraités âgés de 96 ans auxquels ils auraient soutiré quelques 400 000 livres. Selon les enquêteurs, l’argent aurait été reversé à l’Etat islamique et aurait financé des voyages en Syrie.

Cinq personnes se sont présentées devant la Cour suprême de Westminster après une série d’arrestations hier à travers Londres et dans le Sud-Est du pays. Trois d’entre eux sont étudiants : Makhzoumi Aboukar, 23 ans et Sakaria Aden, 21 ans, de l’Université de South Bank de Londres et Mohamed Dahir, 22 ans, de l’Université Métropolitaine de Londres. Les deux autres inculpés sont Yasser Abukar, 23 ans, originaire du nord de Londres et Ibrahim Anderson, 38 ans, de Luton. Tous les cinq sont apparus à la barre en sweatshirts et en pantalons de jogging. Ils sont accusés de fraude.

Deux complices présumés ont aussi été arrêtés : Mohammed Sharif Abokar, 27 ans, d’Islington au nord de Londres, qui avait déjà comparu devant la Cour suprême de Dunstable, et une femme de 32 ans, libérée sous caution peu après son arrestation, dont le nom n’a pas été dévoilé.

Les escrocs auraient utilisé des stratagèmes de hameçonnage vocal. Ils auraient appelé les victimes en se présentant comme des agents de police et fait croire aux victimes que leurs comptes étaient menacés et qu’ils devaient composer le «999». Les criminels ont aussi utilisé un appareil permettant de maintenir la ligne téléphonique ouverte pour que, si une victime suivait leur conseil – en raccrochant et composant le numéro de téléphone d’urgence – il ou elle soit connecté avec un autre membre du gang qui prétendra être un agent de police.

En savoir plus: les enseignants britanniques obligés de dénoncer à la police leurs étudiants radicalisés(VIDEO)

En conséquence, les plaignants ont donné leurs informations personnelles aux escrocs ou ont été persuadés de retirer de l’argent et de le remettre à un coursier ayant promis de présenter l’argent au commissariat en guise de preuve.

Les enquêteurs pensent que la bande a pris pour cible huit retraités qui avaient principalement plus de 70 ans entre janvier 2014 et mai 2015. L’une des victimes, une femme de Cornouailles âgée de 73 ans, a vu 130 000 livres disparaître de son compte. Les autres plaignants sont un couple de Canterbury âgé de 94 et 96 ans respectivement. Selon, l’enquêteur de la Cour suprême de Westminster Edward Aydin, la bande aurait amassé un total de presque 400 000 livres.

Les criminels auraient financé les voyages de djihadistes britanniques en Syrie pour combattre aux côtés de Daesh. Edward Aydin a décrit le crime comme «un système de financement du terrorisme à l'échelle industrielle».

«Nous croyons que ces fonds sont ensuite utilisés pour aider des résidents du Royaume-Uni à aller combattre en Syrie et en Irak aux côtés de Daesh… Ils sont dépensés pour acheter des armes et des munitions», a dit Aydin.

Il a aussi qualifié de tels réseaux criminels de «menace à la sécurité nationale [de la Grande-Bretagne]».

«Ces hommes devant vous, ils sont une banque de terrorisme. Ce ne sont pas des gamins, ils sont mortels et dangereux», a dit Aydin.

«Le terrorisme, dans l’ensemble, a pris de nouvelles formes pendant l’année 2015, il n’est pas sur le champ de bataille», a-t-il ajouté. 

En savoir plus : Manuel Valls : 10 000 Européens pourraient rejoindre l’EI avant la fin de l'année

L’Union européenne est inquiétée du fait que ses habitants partent en Syrie et en Irak pour se battre dans les rangs de Daesh alors que le groupe terroriste a envahi une large portion de territoire dans ces pays et rallié des milliers d’étrangers à sa cause. Plus tôt en avril, Le Commissaire européen à la justice a estimé qu’entre 5 000 et 6 000 Européens ont rejoint Daesh en Syrie. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales