«L’Amérique latine n’est pas votre arrière-cour !» : Evo Morales tacle les Etats-Unis

A droite, le dirigeant bolivien Evo Morales en compagnie du président du Venezuela, Nicolas Maduro© Federico Parra Source: AFP
A droite, le dirigeant bolivien Evo Morales en compagnie du président du Venezuela, Nicolas Maduro

S’en prenant au chef de la diplomatie américaine John Kerry, le président de la Bolivie a annoncé envisager de quitter l’Organisation des Etats américains (OEA) si Washington continue à interférer dans la politique des nations latino-américaines.

Alors que le secrétaire d’Etat américain a défendu mardi le projet de référendum de l’opposition vénézuélienne visant à destituer le président Nicolas Maduro, le dirigeant bolivien Evo Morales a tenu à mettre les points sur les i.

«John Kerry continue à croire que l’Amérique latine est son arrière-cour — et [que] ses habitants [sont] ses pions — en appelant à destituer [le dirigeant du Venezuela] Nicolas Maduro», a lancé Morales sur Twitter.

«Kerry devrait savoir que nous ne sommes la colonie de personne. Nous sommes des Etats souverains de la grande Terre-Mère qui se bat pour la vie et la libération», a ensuite ajouté le président bolivien.

Toujours sur le réseau social, il s’est dit prêt à envisager le retrait de la Bolivie de l’OEA, organisation de coopération régionale basée à Washington, si les Etats-Unis continuaient à utiliser cette dernière comme «instrument de l’empire», en interférant dans les affaires internes des Etats membres.

John Kerry, qui s’exprimait mardi devant l'assemblée générale de l'OEA à Saint-Domingue, a apporté son soutien à la proposition de l’opposition vénézuélienne, qui tente d’organiser un référendum qui pourrait pousser prématurément le président socialiste Nicolas Maduro vers la sortie.

Il a conseillé aux Vénézuéliens de «manifester leur volonté de manière démocratique», ce à quoi la ministre vénézuélienne des Affaires étrangères Delcy Rodriguez a rétorqué : «Les affaires intérieures du Venezuela sont gérées par les Vénézuéliens».

Malgré les divergences, John Kerry a indiqué que des discussions allaient être entamées sous peu à Caracas entre des représentants américains et vénézuéliens afin d’apaiser les tensions.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales