L'ex-directeur de la police de Cologne demande pardon aux victimes du Nouvel An

L'ex-directeur de la police de Cologne demande pardon aux victimes du Nouvel An Source: Reuters
Wolfgang Albers

C'est devant une commission d'enquête sur les agressions de Cologne que Wolfgang Albers a exprimé ses regrets. La police de Cologne est toujours sous le feu des critiques alors que ses dysfonctionnements apparaissent à la lumière.

«Je demande à ces femmes de me pardonner» a déclaré Wolfgang Albers six mois après les événements, devant la  commission qui enquête toujours sur les agressions du Nouvel An 2016. Wolfgang Albers a par ailleurs reconnu que la police qu'il a dirigée n'avait pas été capable d'éviter la vague d'abus sexuels. Un échec qu'il n'a pas cessé de regretter depuis, selon ses mots.

Débarqué courant janvier par la maire de la Cologne, Henriette Recker, pour rétention d'informations «politiquement sensibles», Wolfgang Albers a ainsi endossé la pleine responsabilité des erreurs de la police de Cologne qui est soupçonnée de dissimulation voire même de mensonges. Les autorités avaient en effet dû reconnaître que le chiffre de 140 officiers présents sur les lieux donné le lendemain des agressions de la Saint-Sylvestre dernier était faux et qu'en réalité seul 80 policiers assuraient la sécurité des réveillonneurs de sortie.

Le Nouvel An 2016 avait été marqué à Cologne par une vague d'agressions sexuelles collectives se comptant par centaines, de vols et de braquage sans précédent, donnant lieu à plus d'un millier de plaintes. Toutes les victimes d'agressions sexuelles étaient des femmes et on compte au moins deux cas de viols. On estime le nombre d'agresseurs à Cologne à 1 500. La maire de Cologne s'était illustrée en demandant aux femmes d'adopter un «comportement approprié» et de prendre pour règle de garder une distance avec les hommes équivalente à la longueur du bras, forgeant l'expression «Armlänge», ce qui avait soulevé des vagues d'indignation. Les médias occidentaux avaient mis presque une semaine pour prendre la mesure du nombre des agressions pour finalement, débordés par internet et les réseaux sociaux, s'emparer du sujet.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»