Un otage canadien décapité par le groupe islamiste Abou Sayyaf aux Philippines

L’otage canadien Robert Hall, détenu aux Philippines depuis plusieurs mois, a été décapité lundi par le groupe terroriste Abou Sayyaf. L'ultimatum pour payer sa rançon ayant expiré, il a été exécuté ont affirmé des porte-paroles du groupe terroriste.

«Les actes odieux et brutaux des ravisseurs ont mené à une mort inutile», a affirmé le premier ministre Justin Trudeau par communiqué. «Le Canada tient le groupe terroriste qui l’a pris en otage pleinement responsable de ce meurtre insensé commis de sang-froid.»

Le groupe islamiste qui retenait en otage Robert Hall, et qui revendique ses liens avec l'Etat islamique, a averti qu'il l'exécuterait si une rançon de plus de cinq millions de dollars n'était pas versée.

Robert Hall avait été capturé en septembre avec trois autres personnes dont le Canadien John Ridsdel, 68 ans, un Norvégien de 56 ans, Kjartan Sekkinstad, et une résidente des Philippines de 40 ans, Teresita Flor. John Ridsdel a été décapité par Abou Sayyaf le 25 avril dernier.

Dès leur enlèvement, le premier ministre canadien Justin Trudeau a prévenu qu'aucune rançon ne serait versée, et il a appelé les autres Etats à faire de même : «les rançons des prises d'otage sont une source importante de fonds pour les organisations terroristes qui leur permettent ensuite de financer leurs opérations meurtrières dans le monde entier».

Abou Sayyaf a émergé en 1991 dans le sud des Philippines et le groupe est responsable de plusieurs attentats, enlèvements et assassinats. Depuis 2014, le groupe (qui se revendique de l'Etat islamique) multiplie les prises d'otages. En septembre 2014, Abou Sayyaf avait enlevé un couple d'allemands, exigeant ceci de l'Allemagne : «Elle doit de soutenir l'Amerique dans sa lutte à mort contre nos frères musulmans en Iraks et Syrie.» Berlin avait alors versé une rançon de 5 millions dollars, et les deux otages avaient recouvré leur liberté. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales