Japon : le premier restaurant nudiste rejette les clients obèses

© Reuters Photographer Source: Reuters

Le premier restaurant nudiste japonais qui ouvrira à Tokyo le mois prochain a publié un avertissement annonçant que les clients obèses se verraient refuser le service. Et pas de tatouages, s’il vous plaît.

La restaurant Amrita («Immortalité» en sanscrit) qui ouvrira le 29 juillet suit la tendance initiée par d’autres restaurants nudistes à Londres et Melbourne, mais établit des règles plus strictes pour ses clients.

«Si vous pesez plus de 15 kilos au-dessus du poids moyen pour votre taille, nous vous demandons de vous abstenir de faire une réservation», indique le site du restaurant. Il sera demandé aux hôtes qui sembleraient en surpoids de se faire peser, selon les règles du restaurant.

On peut faire des réservations en ligne et le restaurant demande que tous les paiements soient effectués à l’avance. Si un client se voit refuser d’entrer à cause de son surpoids, aucun remboursement ne sera effectué pour un acompte de 80 000 yen (plus de 650 euros).

Cette addition salée inclut un repas et un spectacle de danse. Sans le spectacle, le repas coûtera entre 14 000 et 28 000 yens (115-232 euros) et sera servi par des hommes musclés en string.

L’excès de poids n’est pas le seul obstacle pour entrer dans le restaurant. Les personnes âgées de moins de 18 ans et de plus de 60 ans se verront aussi refuser l’entrée. Avant de remettre leurs vêtements au vestiaire et de recevoir des sous-vêtements en papier, les clients doivent aussi prouver qu’ils ne portent pas de tatouages. Ces derniers sont un stigmate social au Japon parce qu’ils sont associés au monde criminel.

On demandera enfin aux clients d’éviter tout contact physique entre eux ou de «causer des problèmes aux autres hôtes». Les portables et appareils photo seront remisés dans des boîtes fermées.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales