Sydney : Un malade mental avec un couteau crie «Allahou akbar», la police blesse trois passantes

Sydney : Un malade mental avec un couteau crie «Allahou akbar», la police blesse trois passantes Source: Reuters

La police australienne a ouvert le feu contre un patient d’un hôpital psychiatrique en fuite après l’avoir entendu crier «Allahou akbar». Trois passantes ont été blessées.

Jerry Sourian, 23 ans, armé d'un couteau traînait dans le centre de Sydney, tenant des propos incohérent et criant, quand la police a ouvert le feu. Trois femmes âgées de plus de 60 ans ont été blessées et sont hospitalisées. L’une d’elles, âgée de 82 ans, a été blessée au dos, une autre, âgée de 65 ans a reçu des éclats de balle dans la jambe.

Dans une vidéo de la fusillade, on peut entendre des cris quand la police commence à tirer et ordonne : «Mettez-vous par terre !». Un policier s’excuse auprès de l’une des femmes touchées en répétant : «Désolé, désolé.»

L’incident s’est produit le 9 juin et dès le lendemain la police a dû fournir des explications. Une enquête a été ouverte pour établir pourquoi les policiers n’avaient pas eu recours à d’autres options comme l’utilisation d’un Taser, par exemple.

«Dans une situation de vie ou de mort, la police a dû prendre une décision très critique. C’est préoccupant [que trois passants aient été blessés] mais je me demande ce qui aurait pu se produire si la police n’était pas intervenue et n’avait pas arrêté cet homme armé d’un couteau», a déclaré le commissaire adjoint Denis Clifford.

Guillaume Schmidt, un témoin, a confié à la chaîne de télévision australienne 7 News que les policiers avaient essayé d’abattre Jerry Sourian, mais l’avait perdu, et c’est pourquoi ils avaient tiré dans la foule.

James Yeom, propriétaire d’un magasin, a raconté qu’il avait vu un homme avec un couteau et appelé la police tout de suite. «Il se baladait près d’une fontaine. Beaucoup de gens n’ont pas compris ce qui se passait», a-t-il confié à 7 News.

Des sources proches de l’enquête ont indiqué à Fairfax Media que le suspect avait été interné, quelques semaines auparavant, pour des troubles schizophréniques. Le rapport de son médecin indiquait clairement que Jerry Sourian ne devait être relâché en aucun cas.

Lire aussi : Australie : un mort et deux blessés dans une fusillade lors d'une prise d'otages (PHOTOS, VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»