Un artiste russe polémique refuse de payer une amende pour avoir mis le feu à la porte du FSB

Un artiste russe polémique refuse de payer une amende pour avoir mis le feu à la porte du FSB Source: Sputnik
Suivez RT France surTelegram

Le 8 juin, un tribunal de Moscou a reconnu l’artiste russe Piotr Pavlensky coupable de «dégradation d’un monument du patrimoine culturel» en novembre dernier et l’a condamné à une amende. Mais il refuse de la payer.

Piotr Pavlensky qui s’était fait une renommée dans le monde entier par ses performances scandaleuses dans les plus grandes villes russes, notamment à Moscou où il avait cloué ses parties génitales sur les pavés de la Place Rouge, lors des célébration du jour des forces policières en 2014, a été libéré le 8 juin dans la salle du procès après avoir passé sept mois en détention provisoire.

Le 9 novembre 2015, l’artiste russe avait brûlé une porte de l’immeuble de la Loubianka, siège principal du Service fédéral de sécurité russe, le FSB, qui se trouve dans un immeuble reconnu comme monument du patrimoine culturel. Quelques heures après son action spectaculaire, il avait mis en ligne la vidéo de l’incendie. «La porte incendiée de la Loubianka représente un gant que la société jette à la menace terroriste» avait-il expliqué sur Vimeo.

La justice russe a condamné Piotr Pavlensky à une importante amended’un demi-million de roubles (environ 6 800 euros) pour un délit mineur et une indemnisation d’un montant de 481 500 roubles (environ 6 600 euros) au Service de sécurité russe pour les dégâts occasionnés par son action. Et quoi l'artiste ?

«Bien sûr, je ne payerai pas. Sinon, cela voudrait dire que mon action «Menace» aurait été empruntée, comme si je l’avais achetée au FSB. Même si je possédais une telle somme, je ne payerais pas cette amende», a déclaré Piotr Pavlensky après avoir quitté la salle du tribunal. 

Alors que d’après le Code pénal russe, si l’amende n’est pas payée, l’artiste fera face à une peine de détention, lui même, il a précisé qu’il se trouvait déjà en prison, «en prison de quotidienneté».

Pendant sa détention provisoire, ce personnage extraodinaire, a demandé à plusieurs reprises que son délit soit requalifié en «acte terroriste», en signe de solidarité avec son ami, réalisateur qui avait incendié deux bâtiments à Simferopol au printemps 2014 et était condamné à 20 ans de prison.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix