Collision de trains en Belgique : au moins trois morts et neuf blessés

Le site du crash Source: AFP
Le site du crash

Dans la soirée du dimanche 5 juin, trois personnes ont été tuées et une dizaine d'autres blessées dans la collision d'un train de voyageurs avec un train de marchandises à Hermalle-sous-Huy, dans la province de Liège.

Le briefing avec les autorités belges, dont le ministre fédéral de la Mobilité et des Transports François Bellot, a fait état de la mort de trois personnes dans l'accident. Neuf autres ont été transportées vers un hôpital, certains se trouvant dans un état critique.

Selon Francis Dejoin, le maire de la proche commune de Saint-Georges-sur-Meuse, cité par l'agence Belga, le bilan de l'accident pourrait s’alourdir.

Les 27 autres passagers ont reçu de l’aide sur lieu même de l'accident, des équipes d’urgence ayant été déployées sur le site de l’accident, sur le tronçon entre Namur et Liège.

La collision a été extrêmement violente : le train de voyageurs a percuté l'arrière d'un train de transport de marchandises, à l'arrêt sur la même voie, à une vitesse «élevée», a précisé à l'AFP Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge.

Des journalistes ont rapporté sur Twitter que l’accès au lieu de l'accident avait été restreint et la route à proximité bloquée.

Le quotidien local L’Avenir a cité un témoin qui a qualifié la scène de «chaos», précisant que les deux premiers wagons du train de voyageurs avaient été complètement démolis.

La SNCB a fait savoir plus tôt dans la journée de dimanche que des problèmes de signalisation avaient été notés dans la région où la collision a eu lieu.

«Il y a vraiment eu un problème quand la foudre a frappé dimanche soir la ligne 125 à Engis», a expliqué Frédéric Sacré, assurrant que le personnel d’entretien avait respecté les procédures lors des réparations de la signalisation ferroviaire après l'orage, selon le site d’information Vivre Ici.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales