Israël : près de 90 % des femmes membres de la Knesset victimes de harcèlement sexuel

Israël : près de 90 % des femmes membres de la Knesset victimes de harcèlement sexuel Source: Reuters
La Knesset
Suivez RT France surTelegram

Selon un rapport d'enquête de la chaîne de télévision israélienne Channel 2 diffusé ce dimanche 29 mai 28 des 32 femmes de la Knesset, l'assemblée représentative d'Israël, ont déclaré avoir été victime de harcèlement ou d'agression sexuelle.

Le rapport qui vise à sensibiliser à la violence sexuelle, a été élaboré à partir d'une série d'entretiens filmés avec des femmes députés, qui ont parlé de leurs expériences. «J'étais âgée de 13 ou 14 ans, je faisais du roller dans la rue», a décrit Ayelet Nahmias-Verbin du parti Union sioniste. «Un vieil homme m'a appelé et m'a attiré dans un escalier adjacent, où il a regardé vers le bas de ma chemise en disant qu'il cherchait de jolies filles. Il m'a fallu des années pour comprendre, et à ce jour je n'ai toujours rien dit à ma mère», a-t-elle poursuivi.

Ayelet Nahmias-Verbin a déclaré que les hommes qui n'ont pas été victimes de harcèlement sexuel ne peuvent comprendre la frustration d'une femme quand, au lieu d'écouter son discours quand elle parle, les gens regardent «d'autres parties de son corps». Ses collègues députés de l'Union sioniste, Michal Biran et Ksenia Svetlova, ont rapporté également avoir été victimes d'attouchements non désirés.

«J'étais en train de parler à un collègue quand il s'est penché vers moi et m'a pincé derrière le genou. Je me considère comme une femme forte, [mais] j'ai été complètement choquée par cette situation surréaliste», a indiqué Michal Biran à Channel 2. Ksenia Svetlova a raconté que pendant la période suivant son arrivée en Israël en provenance de l'ex-Union soviétique, elle évitait de quitter la maison autant que possible, de peur d'être harcelée.

«Le fait que je suis une femme à la Knesset me met parfois dans une situation inconfortable»

«Parfois, les gens viennent vers moi pour toucher mes cheveux et me proposer des rapports sexuels. Cela m'arrivait même quand j'étais étudiante dans un lycée religieux à l'époque», a déclaré Ksenia Svetlova, «à un moment, j'ai même teint mes cheveux bruns pour éviter d'être touchée».

Rachel Azaria du parti Kulanu a évoqué des incidents récurrents quand elle était au comité de planification et de construction de Jérusalem. «Il y avait un autre membre du comité qui, chaque fois que je prenais la parole lors de réunions, répondait avec des commentaires de nature sexuelle, toute la salle éclatait de rire. J'ais alors parlé au conseiller juridique qui m'a dit qu'il n'y avait rien qu'il puisse faire à ce sujet», a-t-elle poursuivi.

Merav Ben-Ari, également membre de Kulanu, a déclaré à l'enquêteur que le harcèlement sexuel était quelque chose qu'elle avait vécu plusieurs fois au sein de la Knesset : «Le fait que je suis une femme à la Knesset me met parfois dans une situation inconfortable». Gila Gamliel du Likoud a déclaré qu'elle avait été harcelée quand elle était adolescente dans un bus par un vieil homme qui lui avait mis sa jambe sur la cuisse. Membre de l'Union sioniste, Revital Swid, qui est aussi avocat, a déclaré que le harcèlement sexuel devait être combattu. «Il n'y a pas une femme qui n'ait pas été attaqué sexuellement, et pas seulement une fois […] L'agresseur doit être montré du doigt et l'acte doit être reconnu pour ce qu'il est».

Lire aussi : Le prof qui a harcelé sexuellement 108 enfants, condamné à 12 ans de prison

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix