Reconnaissance du génocide arménien : les Turcs mettent la pression sur les députés allemands

Angela Merkel et Recep Erdogan Source: Reuters
Angela Merkel et Recep Erdogan

Des milliers de courriels ont été envoyés par la communauté turque aux parlementaires allemands afin de les dissuader de reconnaître le génocide des Arméniens perpétré par les Turcs en 1915.

Plus de 500 organisations turques présentes sur le sol allemand ont envoyé des courriels aux députés ainsi qu'aux journalistes traitant le sujet, selon le site du journal Spiegel. Des citoyens turcs ont aussi utilisé les messageries privées des réseaux sociaux pour envoyer ces messages.

Certains courriels étaient explicitement menaçants. Cem Ozdemir, chef de file des parlementaires écologistes d'origine turque, a notamment reçu des messages le qualifiant de «traître», de «porc arménien», de «fils de pute», de «terroriste arménien» et même de «nazi». Le contenu le plus commun du texte attestait : «Plus de 90% de la population turque rejette l'accusation de génocide et l'interprète comme une attaque» avant de prévenir que si la résolution était adoptée, cela «altérerait la coexistence pacifique entre les Allemands et les Turcs dans le pays, et aussi en Turquie» selon le Spiegel.

Certains journalistes ont reçu des messages tels que «Vous serez éliminés» ou «Votre fin sera comme celle de Hrant Dink», un journaliste turco-arménien abattu en janvier 2007 par des extrémistes nationalistes à Istanbul.

Les 630 députés du Bundestag doivent se prononcer jeudi sur une résolution parlementaire intitulée «Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans», proposée par les groupes parlementaires de la majorité - les conservateurs de la CDU/CSU et le SPD - ainsi que par celui des Verts (opposition). Ce projet a toutes les chances d'être adopté.

Dans le texte de la résolution on peut lire «le sort des Arméniens est exemplaire dans l'histoire des exterminations de masse, des nettoyages ethniques, des déportations et oui, des génocides, qui ont marqué le XXe siècle de façon si terrible». Le document souligne aussi le rôle «déshonorant» de l'empire germanique, qui était l'allié de l'empire ottoman durant la Première Guerre mondiale et qui n'a rien fait pour arrêter ces atrocités. 

Le président arménien espère que le Bundestag ne se laissera pas intimider

Le président arménien Serge Sarkissian espère que les députés allemands «ne se laisseront pas intimider» par la Turquie, a-t-il indiqué dans une interview accordée au quotidien Bild. «Ce ne serait pas juste de ne pas nommer "génocide" le génocide des Arméniens uniquement parce que cela met en colère le chef d'Etat d'un autre pays», a déclaré le président arménien, en référence au président turc Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci a téléphoné mardi à la chancelière Angela Merkel pour exprimer ses «inquiétudes» à l'égard de la résolution que doit adopter jeudi le Bundestag. «Les responsables politiques du Bundestag voient également les choses comme cela et ne se laisseront pas intimider», a ajouté le chef de l'Etat arménien.

Selon lui, il ne faut pas craindre que ce vote puisse conduire à une remise en cause par les Turcs de l'accord controversé avec l'Union européenne, porté par Berlin, qui a permis de réduire l'afflux de migrants en Europe. Cet accord est déjà fragile et «sera difficile à appliquer dans la durée avec un partenaire comme la Turquie», juge Serge Sarkissian.

Il ne comprendrait pas que des députés allemands se laissent impressionner et rejettent la résolution. «Quand on commence à faire des compromis pour préserver des intérêts politiques à court terme, on est capable de le refaire en permanence. Et ce n'est pas bon pour l'Allemagne, pas bon pour l'Europe ni pour le monde».

Selon le journal Bild, Angela Merkel ne sera pas présente au Bundestag pour le vote de cette résolution en raison de son programme de travail. Lors d'un vote-test, mardi, au sein du groupe parlementaire conservateur, elle a voté en faveur du texte.

Lire aussi : Un tribunal allemand censure de larges passages d'un poème satirique anti-Erdogan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales