148 seraient morts dans des attentats perpétrés par Daesh près des bases russes de Syrie (VIDEO)

Plusieurs explosions ont frappé lundi matin la province de Lattaquié en Syrie. Le bilan pourrait être très lourd. © Compte Twitter : @Terror_Monitor
Plusieurs explosions ont frappé lundi matin la province de Lattaquié en Syrie. Le bilan pourrait être très lourd.

Cinq explosions ont frappé la province de Lattaquié, près des bases militaires russes de Khmeimim et Tartous. Sana parle de 65 morts au total, causés par une attaque revendiquée par l'Etat islamique, l'AFP, elle, mentionne au moins 121 victimes.

Selon les informations de la radio syrienne Sham, la première explosion aurait été causée par une voiture piégée garée à l’entrée de la ville de Jablé. Un peu plus tard, un kamikaze s’est fait exploser sur la route. Presque en même temps, un autre kamikaze a déclenché sa ceinture d’explosifs devant un hôpital. La quatrième explosion a eu lieu dans une ambulance à Tartous. La cinquième, elle, a détruit un bus des transports en commun.

La responsabilité des attentats qui auraient causé 73 morts à Jablé et 48 à Tartous, selon l'agence officielle Sana, a été revendiquée par deux groupes terroristes : une organisation radicale pro-turque, Ahara ah-Cham, et par les terroristes de Daesh qui ont publié une communiqué via leur agence affiliée, Amaq.

«Des attaques menées par des combattants de l'Etat islamique ont frappé des rassemblement d'alaouites (communauté religieuse à laquelle appartient le président Bachar al-Assad) dans les villes de Tartous et de Jablé sur la côte syrienne», lit-on dans une communiqué.

Les deux villes visées par ces attaques sont directement liées à la présence militaire russe en Syrie. Le port de Tartous est utilisé depuis des années par la marine russe comme base de ravitaillement en Méditerrannée – la seule que possède la Russie – et a été largement utilisé comme tête de pont pour ravitailler le contingent russe dans le pays.

L’aéroport Martyr Basil el-Assad, près de Jablé, héberge la base russe de Khmeimim et le centre de réconciliation depuis septembre 2015. La base, hautement sécurisée, est une cible difficile pour une attaque directe.

RT France
RT France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales