Le président tanzanien démet de ses fonctions un ministre arrivé ivre au parlement (VIDEO)

© http://allezgizele.com/

Le président tanzanien John Magufuli a démis de ses fonctions son ministre de l'Intérieur, qui s'est récemment illustré en apparaissant ivre au parlement, a annoncé samedi le Premier ministre Kassim Majaliwa.

«Le président a révoqué la nomination du ministre de l'Intérieur Charles Kitwanga après avoir appris qu'il était apparu saoul au parlement et n'avait pas été en mesure de répondre correctement aux questions» des députés, a déclaré le Premier ministre sur la télévision publique TBC. «Les ministres et les autres fonctionnaires doivent toujours faire montre de la plus haute intégrité», a-t-il en outre indiqué.

Une vidéo publiée sur Youtube montre la difficulté de l'ex-ministre de l'Intérieur tanzanien a s'exprimer devant les membres de l'assemblée. Un moment insolite qui a provoqué l'hilarité générale. 

L'Etat tanzanien part en guerre contre le gaspillage dans la dépense publique  

Son éviction s'inscrit dans une série de mesures de fermeté prises par le président tanzanien depuis son élection en octobre 2015 et sa prise de fonction le mois suivant. Surnommé le «bulldozer», John Magufuli a notamment ordonné la suspension des voyages à l'étranger non impératifs pour les responsables gouvernementaux et exigé que les institutions publiques mettent fin aux dépenses parfois somptuaires consacrées à des dîners ou cocktails.

Il a également annulé fin 2015 les festivités annuelles de l'Indépendance, d'habitude célébrées en grande pompe en décembre afin de consacrer les fonds ordinairement alloués à une campagne de nettoyage, pour lutter contre le choléra. Il s'est récemment attaqué aux fonctionnaires fantômes, des agents de la fonction publique qui n'existent pas mais dont les salaires sont tout de même versés à des tiers peu scrupuleux.


Lire aussi : Beuveries, drogue et prostituées : le quotidien révélé d'un prince saoudien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales