La «cité perdue des Mayas» découverte par un ado serait en fait… un énorme champ de marijuana

© Amir Cohen

L’information avait fait le tour du monde : un jeune Canadien de 15 ans avait découvert une ancienne cité maya grâce à une théorie sortie tout droit de son esprit. Oui mais voilà, les experts ont des doutes sur ce qui se cache vraiment sur le site.

Le jeune prodige adolescent William Gadoury avait utilisé une carte du ciel afin de déterminer la position d’une cité maya perdue au Mexique, qu'il aurait ensuite repérée sur des images satellites.

Selon sa théorie, «cette civilisation choisissait l’emplacement de ses villes selon la forme des constellations d’étoiles», avait décrit le Journal de Montréal le 7 mai, en annonçant la découverte du jeune homme.

Mais depuis plusieurs jours, les experts interrogés sur la fameuse cité maya émettent de nombreux doutes quant à la véracité de la trouvaille. C’est notamment le cas de Geoffrey E. Braswell, anthropologue de l’université de San Diego en Californie, qui connait bien le site dont parle William Gadoury pour l'avoir fouillé avec ses élèves.

«Nous les avons visitées [ces zones] et mes étudiants les connaissent assez bien», a-t-il expliqué au webzine Gizmodo, précisant que «ce ne sont pas des pyramides mayas».

L’une des images satellites découvertes par le Canadien montre en effet deux énormes rectangles, que celui-ci assimile à d’anciennes pyramides mayas. Mais pour le scientifique américain, l’explication serait toute autre : «Ce sont soit des champs de maïs abandonnés, soit des champs actifs de marijuana».

«Vous regardez ces images depuis l’espace et Dieu seul sait ce qu’elles sont, vous devez aller là-bas et voir vous-même», conseille Geoffrey E. Braswell au jeune Canadien. «Neuf fois sur dix, ce n’est rien, ce n’est que rarement quelque chose [d’important]. Mais par pure chance, nous sommes allés là-bas», conclut-il.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales