Les débris du cargo Progress attendus sur Terre entre le 7 et le 11 mai

Le lancement de la fusée Soyouz avec le cargo de ravitaillement Progress  © Sergueï MamontovSource: RIA NOVOSTI
Le lancement de la fusée Soyouz avec le cargo de ravitaillement Progress

D’après le Centre de contrôle russe des vols spatiaux, la poursuite de la mission du cargo de ravitaillement Progress est impossible en raison d’une perte de connexion. On élabore des variantes pour le faire tomber dans un océan.

Selon les experts, les débris du cargo Progress peuvent tomber sur n’importe quel point de la Terre à l’intérieur d’une zone limitée au Nord et au Sud par le 52ème parallèle entre le 7 et le 11 mai.

Le retour sur Terre du cargo prendra plusieurs jours, au cours desquels les agences spatiales internationales le suivront attentivement avec des radars et calculeront sa trajectoire.

Les autorités ont annoncé que la Russie avait perdu environ 45,6 millions d’euro pour la construction de cet appareil qui avait raté sa mission. Mais ce n’est pas le première fois qu’un tel échec survient. Les puissances spatiales savent les gérer car le retour sur Terre de tels objets se produit une ou deux fois par an.

Officiellement, la fusée Soyouz qui transportait le vaisseau Progress n’a pas atteint l’altitude prévue, ce qui a entraîné une perte du signal transmettant les données de télémétrie.

«Le vaisseau a atteint son orbite, mais les données télémétriques ne sont pas transmises en intégralité», avait précisé mardi un porte-parole du Centre de contrôle russe.

Le Centre de contrôle russe des vols spatiaux a déclaré qu’une perte éventuelle du vaisseau qui transportait du matériel scientifique et des produits de première nécessité, tels que de l'eau et de la nourriture ne créerait pas de problème pour les six membres de l'équipage de l'ISS qui disposent de réserves pour plusieurs mois.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales