Allemagne : les services de renseignement voudraient pouvoir espionner les moins de 16 ans

Source: Reuters

L'Office fédéral de protection de la Constitution, le service allemand de renseignement intérieur, veut abaisser l'âge minimal des gens qu'il espionne, en raison de plusieurs cas de radicalisation et de recrutement de mineurs par des terroristes.

«Nous avons un énorme problème», a confié Stephan Kramer, directeur de la Police fédérale pour la protection de la Constitution dans le Land de Thuringe, dans le centre-est de l’Allemagne, au journal Mitteldeutsche Zeitung.

Les services de renseignement intérieurs voudraient en effet consulter le contenu des communications des mineurs de moins de 16 ans pour mieux lutter contre le terrorisme. «Nous avons plusieurs exemples concrets indiquant que les mineurs sont non seulement radicalisés, mais instrumentalisés comme des armes, en Allemagne», explique Stephan Kramer. Ce dernier donne deux exemples de terrorisme en lien avec des mineurs : le cas d’un jeune de 15 ans ayant poignardé un policier à Hanovre et celui de deux jeunes arrêtés pour un attentat à la bombe, dans un temple Sikh dans la ville de Essen.

Pour pouvoir endiguer ce processus de radicalisation chez les jeunes, les branches de l'Office fédéral de protection de la Constition (VS) souhaitent abaisser l’âge minimal des personnes dont ils peuvent surveiller les communications et en stocker le contenu. Un des responsables du VS, Hans-Georg Maassen, a déclaré que son service «ne peut conserver les données sur les jeunes de moins de 18 ans, à moins d’une indication concrète de terrorisme».

Les officiers du VS ont rapporté en plusieurs occasions des cas de jeunes adolescents voyageant vers la Syrie ou l’Irak, en compagnie de leurs famille ou seuls, tout en précisant qu'ils n'étaient pas autorisés à conserver leurs noms et leurs coordonnées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales