HRW appelle Washington à interdire la production et le transfert des armes interdites aux Saoudiens

Source: Reuters

Human Rights Watch (HRW), l'ONG de défense des droits de l’homme demande à Washington de cesser la production des armes à sous-munitions utilisées par l’Arabie saoudite au Yémen pour y diminuer le nombre des victimes lors des bombardements.

Les armes à sous-munitions larguées par voie aérienne ou tirées par voie terrestre menacent les civils non seulement au moment de la frappe mais aussi des semaines plus tard, a déclaré l'organistaiton de défense des droit sde l''homme, HRW, dans un communiqué publié le 6 mai

D’après leurs recherches, l’Arabie saoudite disperse des sous-munitions non explosées à proximité de zones civiles au Yémen ce qui présente un danger extrême pour les civils, notamment pour les enfants car les sous-munitions qui n’explosent pas lors de l'impact se transforment en mines terrestres.

Pour cette raison, HRW exige des Etats-Unis qu'ils mettent fin à la production et au transfert d'armes à sous-munitions vers l’Arabie saoudite, conformément à la Convention internationale adoptée en 2008 et signée par 119 pays, qui interdit ce type d’armes. Pourtant, ni l'Arabie saoudite, ni le Yémen, ni les Etats-Unis ne l’ont signée pour l'instant. 

Lire aussi : Le gouvernement canadien «a menti» sur la vente d’armes à l’Arabie saoudite, accuse l’opposition

«Les Etats-Unis ont vendu à l’Arabie saoudite des armes à sous-munitions, pourtant interdites par la plupart des pays dans le monde à cause du danger qu’elles représentent pour les civils», a déclaré Steve Goose, chef de la division Armes de HRW et président de la Coalition contre les armes à sous-munitions.

«L'Arabie saoudite devrait cesser de larguer des bombes à sous-munitions au Yémen ou ailleurs, et les Etats-Unis devraient cesser de produire et d’exporter ces armes», a-t-il poursuivi.

Lire aussi : Kerry à l’Iran : «Aidez-nous à mettre fin aux guerres au Yémen et en Syrie !»

Selon l'ONU, depuis le début du conflit au Yémen, le 26 mars 2015, plus de 6 200 personnes ont péri, dont près de la moitié sont des civils. La coalition arabo-sunnite connue sous le nom d’Ansar Allah «Partisans de Dieu», dirigée par l’Arabie saoudite et composée de neuf Etats arabes, mène toujours des opérations militaires contre les rebelles chiites Houthis. Le 10 avril,  un accord de cessez-le-feu serait entré en vigueur mais il a déjà été violé à plusieurs reprises. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales